Vous l’avez voulu ! Le choix des lecteurs N°13 : Pontypool

pontypool

Après avoir fait dans le classique pendant plusieurs semaines, c’est un film bien moins connu qui nous intéresse aujourd’hui suite à une suggestion de Baalero sur le site : Pontypool. Réalisé par Bruce McDonald en 2008 et tourné en partie dans la ville éponyme, Pontypool faisait partie, je dois l’admettre, des films que je voulais voir depuis quelques temps. Et autant dire que je remercie Baalero de m’avoir donné l’occasion de le faire.

Comme tous les matins Grant Mazzy, un animateur radio, se rend au studio d’enregistrement pour présenter son émission matinale. Il y retrouve ses deux collègues, loin de se douter que ce qui aurait dû être une matinée comme une autre allait vite tourner au cauchemar. Coincés par leur sens du devoir, ils restent enfermés alors qu’ils reçoivent de plus en plus d’informations sur une étrange épidémie frappant leur ville. Ils essaient alors tant bien que mal de garder leur calme et d’informer la population.

pontypool

La première chose à souligner avec un film comme Pontypool est la fraîcheur qu’il apporte au genre. Nous le savons tous, les films de zombies ont tendance à tourner en rond mais ici, même si le film date déjà de 2008, l’approche reste assez unique ; seul le film Dead Air ayant proposé quelque chose d’assez similaire.
D’une part, par le traitement de l’intrigue, qui est d’ailleurs directement tirée d’un roman de 1995 de Tony Burgess (Pontypool Changes Everything), avec un huis-clos vraiment saisissant au cours duquel le téléspectateur et l’équipe de la radio ne quittent pas le studio d’enregistrement. Et d’autre part, par le mode de transmission du virus zombie. Je ne vous en dirais pas plus à ce sujet mais l’idée est vraiment judicieuse et est bien exploitée tout au long du film, au point de m’avoir personnellement donné envie de lire le livre.

pontypool

Mais une idée novatrice ne serait rien sans un casting solide et c’est certainement avec peu d’inquiétudes que Bruce McDonald a pu compter sur Stephen McHattie (Grant), Lisa Houle (Sydney) et Georgina Reilly (Laurel-ann). Parfaitement convaincants, les trois acteurs portent à bout de bras et du son de leur voix, dans le cas de Stephen McHattie, l’intégralité du film. Ce dernier incarne d’ailleurs parfaitement les différents stades par lesquels passe son personnage que ce soit la panique, la paranoïa ou bien l’énervement, conférant au héros des réactions crédibles. En tant qu’acteur habitué du genre zombie, il est en revanche dommage qu’il ne nous ait pas laissé un aussi bon souvenir dans Exit Humanity (aux côté de Bill Moseley, la vedette de Dead Air) ou plus récemment encore dans A Little Bit Zombie.

pontypool

Enfin, il faut souligner une réalisation soignée qui facilite grandement l’immersion du téléspectateur. Tout au long du métrage, avec des plans travaillés mais jamais trop compliqués, Bruce McDonald, qui avait notamment fait ses armes sur un grand nombre d’épisodes de séries, parvient à exploiter l’espace limité dans lequel l’action du film se déroule de manière à ne jamais lasser le téléspectateur tout en conservant cette impression d’enfermement.

Au final, Pontypool est l’exemple même du film de zombies qu’il faut avoir vu ne serait-ce que pour profiter de son approche novatrice du genre. Il n’en deviendra vraisemblablement pas votre film favori mais sera une addition notable à votre filmothèque zombie.

pontypool

Et pour la semaine prochaine, vous proposez quoi ? Dîtes-le nous en commentaires.

Vous avez vu Pontypool ? Alors n’oubliez pas de l’ajouter à votre collection zombie et de le noter !

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

6 commentaires

  1. icare dit :

    Film étrange, original, assurément bien interprété. Il faudrait que je le revois car je n’avais pas forcément à la première lecture tout capté du cheminement intellectuel des protagonistes pour chercher un “remède” au mal qui se répand.

    Propositions : le mignon Fido, l’âpre Mulberry street, le fun Infestation (même si on sort un peu du cadre zombie pour les 2 derniers). Déjà mentionné : Rammbock (alias Berlin Undead), The Dead

    1. Alex dit :

      Tu as vu le film en VO ou en français ? Parce que la VO est TRES importante et permet de fixer des choses et de comprendre plus facilement l’intrigue.

      1. Squeletor dit :

        Je ne sais pas ce que donne la VF mais c’est vrai que je m’étais bien marré quand ils commencent à parler en français d’où l’importance de la VO effectivement.

  2. Joe dit :

    Merci pour la critique. Envie de voir le film et envie de lire le livre. Ou dans l’autre sens. A voir.lire.

    Sinon je vous propose un retour dans les années 80 avec “Flic ou Zombies”. Histoire de se replonger dans le passé, où les fringues et les coupes de cheveux cool sont devenus ringardes et regarder un film d’horreur se faisait en VHS.

    1. HellVice dit :

      Yay, flic ou zombie haha

  3. xvid974 dit :

    Ah oui! Super choix. Flic ou Zombie! Sinon je propose aussi La nuit des morts-vivants, remake de 1990 par Tom Savini.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *