Vous l’avez voulu ! Le choix des lecteurs N°14 : Flic ou Zombie

flic ou zombie

C’est à votre éternel serviteur que revient cette fois-ci le plaisir de vous présenter un film choisi par l’un de nos pairs, amateurs de zombies que nous sommes. Le choix des lecteurs N°14 sera donc consacré cette semaine à un film qui traite le phénomène zombie d’une façon bien particulière : exit les zombies amateurs de chair humaine, les féroces créatures quasi stupides ou les lents mais infatigables chasseurs de survivants.
C’est donc avec une petite appréhension que j’ai revisionné Flic ou Zombie de Mark Goldblatt (Dead Heat en VO), buddy movie atypique sorti en 1988 et proposé par Joe. J’ai donc mis la main sur ma vieille cassette vidéo, l’ai glissée dans le magnétoscope et me suis laissé embarquer pour un voyage dans le temps version 80’s…

Comme on pouvait s’y attendre d’un film des années 80, Flic ou Zombie, sous la baguette de Terry Black au scénario, nous propose très rapidement tout le catalogue des productions de l’époque : grosses bagnoles décapotables symboles de l’american way of life, gros flingues, gros flics, gros méchants et, évidement, grosse musique. Le décor est planté.

flic ou zombie voiture

Nous suivons alors les aventures d’un duo de flics (un beau gosse et un adepte de la muscu dont l’humour a dû inspirer Jean-Marie Bigard), forcément insubordonnés et forcément de Los Angeles. Nos deux amis, Roger Mortis (je vous laisse apprécier le clin d’œil…) et Doug Bigelow, enquêtent sur une série d’étranges braquages, leurs auteurs semblant insensibles aux kilos de plomb qu’ils encaissent au cours de leurs méfaits. Ils ne tardent alors pas à émettre l’hypothèse (pas si saugrenue) qu’ils ont affaire à des zombies. Comme l’indique le titre, l’un des héros va malheureusement vite passer de vie à trépas et revenir d’entre les morts pour terminer son enquête.

flic ou zombie

Alors, nous pourrions bien sûr hurler au sacrilège scénaristique ou accuser Terry Black ou Mark Goldblatt de prendre des raccourcis mais rappelez-vous (ou imaginez-vous si vous êtes jeunes) qu’à l’époque, il était convenu que tout était acceptable dans un scénario (Invasion Los Angeles, Les clowns tueurs venus d’ailleurs, Double Détente pour ne citer que ceux-là). Cela explique d’ailleurs sûrement que nos héros accueillent aussi facilement les faits et que le mot zombie soit lâché pas moins de 12 minutes après le début du film dans l’indifférence la plus totale. Ce genre de choses pourrait tout à fait m’amener à ne pas aimer un film comme Flic ou Zombie mais je dois reconnaître que je l’adore et je m’en explique.
Remis en perspective, ce film dénote de ses contemporains en apportant un petit vent frais pour l’époque et un regard différent sur le mythe du zombie, le tout sans aucune prétention. Et c’est peut-être même encore le cas aujourd’hui.

Tout d’abord, même si le scénario ne casse pas trois pattes à un canard laqué (voir plus loin), les rebondissements sont nombreux (le coming out de Randi, la mort de Doug, etc) et apportent au récit un rythme intéressant ; le scénario n’est donc pas aussi mauvais que nous aurions pu l’imaginer.

flic ou zombie biker

Les différents monstres rencontrés par nos amis flics contribuent par ailleurs pour beaucoup à faire de ce film une œuvre culte à mes yeux tant ils sont des pépites d’originalité : un biker éééééénorme revenu d’entre les morts, un porc au caramel pugnace, une carcasse de bœuf congelée et des canards laqués à n’en plus finir. Sans oublier la bonnasse de service qui finit par nous dévoiler sa vraie nature. Bref, autant d’éléments qui donnent une identité propre à ce chef d’œuvre. Oui. J’ose lâcher le mot. A 12 minutes du début aussi (en tout cas pour ceux qui ne lisent pas vite).

D’autres éléments me font également porter ce film aux nues : même s’il est très marqué par son époque, Flic ou Zombie reste une production dont les effets spéciaux sont loin d’être ridicules. La scène où Roger écrase un truand zombie avec la bagnole (de son lieutenant, forcément, vu qu’il est indiscipliné, rappelez-vous) ou encore les animations des monstres, en sont de bons exemples.
Les maquillages ne sont d’ailleurs pas en reste et de nombreux films plus récents devraient s’en inspirer : les cadavres et les blessures sont réalistes, le look des zombies est sympa et travaillé (même si je n’ai toujours pas compris pourquoi l’énorme biker avait trois nez) et l’évolution de la décomposition de Roger est convaincante.

flic ou zombie carcasse

Enfin, bien qu’éloignés des zombies de Romero et autres infectés classiques, je dois admettre que j’apprécie particulièrement les morts-vivants de Flic ou Zombie. D’une part parce qu’ils sont un hommage à la créature de Frankenstein avec la terrible machine qui leur donne naissance. D’autre part, car le coté temporaire de leur résurrection apporte une touche d’originalité au film.
Pour finir, il faut tout de même souligner que Goldblatt ne démérite pas en nous servant un film à la réalisation propre mais classique.

Si vous n’avez pas encore vu Flic ou Zombie, je vous invite donc à visionner ce petit bijoux qui, sous ces airs de nanar, cache un film sympathique et original jusqu’à sa toute fin. Au mieux vous apprécierez les nombreuses références et les souvenirs des années 80 qui remonteront à la surface de votre mémoire, au pire vous rirez quelques minutes durant les 86 que compte ce joli ensemble.
Vous ne perdrez de toute façon pas votre temps car, malgré ses nombreux défauts, il s’agit bel et bien là d’une référence dans le paysage ciné zombie.

flic ou zombie frankenstein

Et pour la semaine prochaine, vous proposez quoi ? Dîtes-le nous en commentaires.

Vous avez vu Flic ou Zombie ? Alors n’oubliez pas de l’ajouter à votre collection zombie et de le noter !

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

À propos de l'auteur

Incapable de se faire comprendre par le genre humain, vif comme un cailloux roulant au fond d'une rivière, beau comme une olive verte oubliée au soleil, Baron Mardi s'est, il y a de nombreuses années, tout naturellement rapproché des zombies qu'il considère comme ses pairs. Il pense, parle et surtout sent le zombie. Bref, on peut dire que Baron Mardi aime le zombie. Détail troublant: Jusqu'à présent, il évite soigneusement de parler de ses goûts culinaires. Allez savoir pourquoi...

10 commentaires

  1. Baron Mardi dit :

    Parce qu’il y a un format à respecter, et que l’on ne peut décemment pas faire 3 pages, je ne me suis pas étendu sur la référence au titre en V.O , ” Dead heat” ( terme utilisé lorsque 2 concurrents arrivent en même temps sur une ligne d’arrivée), qui prend toute sa dimension lors de la scène finale…
    Bon, j’ai quand même trouvé le moyen d’en rajouter un peu sur la critique en passant par les comm’…J’espère que le chef passera à côté 😉

    1. Squeletor dit :

      Comment as-tu osé faire une chose pareille ! ? J’en suis fort outré, j’espère que nos lecteurs vont proposer des films pourris et demander que TOI (oui toi ! spécifiquement toi !) les critiques :).

      1. icare dit :

        Le Lac des morts vivants n’a pas encore été traité. Je dis ça, je dis rien 😉

  2. xvid974 dit :

    Flic ou Zombie est le premier film de zombie que j’ai vu (je devais avoir 6 ou 7 ans), il a donc une grande place dans mes films favoris (on n’oublie jamais ses premiers amours!)
    Pour la critique suivante, je propose La Nuit Des Mort-Vivants de 1990 réalisé par Tom Savini.

    1. Hell Vice dit :

      Un des meilleurs films de zombies jamais réalisé! God bless Tom Savini.

      1. xvid974 dit :

        Yes. J’ai découvert l’œuvre de Romero a travers ce film (car c’est une de ses prods si je ne me trompe pas.) Depuis j’ai vu le film original mais je dois avouer que ce remake était particulièrement bien foutu!!

  3. icare dit :

    ZOMBIE KING AND THE LEGION OF DOOM pour la prochaine fois ! C’est vous qui l’avez voulu en faisant la promotion des films de catch et de zombie (Pro-Wrestlers vs. Zombies).

    1. Baron Mardi dit :

      Oula…On a du connoisseur ici bas, messire…

  4. Trixie dit :

    Félicitations Baron, avec cette analyse sur un air comique ( début de soirée?) tu as su attiser tout mon intérêt en me rappelant surtout que j’ai toujours dans mon grenier quelques pépites à visionner. Dans le genre sci-fi. j ai vraiment beaucoup aimé Invasion LA.
    Mais comment ai je bien pu passer a coté de celle là??

    Bon, reste à me procurer un lecteur VHS.

    1. Baron Mardi dit :

      Merci beaucoup chère trixie 😉
      Le compliment me va droit au coeur (qui est desséché, bien sûr).
      Effectivement, je défends une certaines approche, tantôt légère tantôt comique mais toujours dans un contexte de travail sérieux. C’est qu’on a pas le choix, le chef veille au grain! On ne peut pas faire n’importe quoi ( et tant mieux).
      Bon visionnage en ce qui concerne les pépites du grenier! Et si tu retrouve un “vieux” (le sont-ils?) film de zombie, n’hésité pas à venir nous en parler !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *