Vous l’avez voulu ! Le choix des lecteurs N°18 : Fido

Fido banniere

Et c’est reparti pour une nouvelle édition du Choix des Lecteurs ! Après avoir fait un tour du côté de l’Espagne avec [REC], nous partons cette fois-ci pour les États-Unis des années cinquante avec Fido, proposé sur Facebook par Nico M. Changement radical d’ambiance, puisque nous passons de l’atmosphère étouffante d’un huis-clos sous haute tension à une comédie légère mais pas sans caractère. Sorti en 2006, Fido est un film canadien réalisé par Andrew Currie avec notamment Carrie-Anne Moss (Matrix) et Billy Connolly, humoriste bien connu outre-manche.

Fido nous plonge dans un passé alternatif, quelques années après que des particules extra-terrestres ont réanimé les morts plongeant le pays dans une guerre contre les zombies. La guerre gagnée, les villes sont désormais fortifiées, séparant les vivants des zombies. La compagnie Zomcon développe alors un collier capable de rendre les zombies pacifiques et serviables. Si la famille Robinson n’avait jusqu’alors pas de zombie domestiqué chez elle, Helen, la mère, décide d’en acheter un pour faire comme tous les autres habitants du quartier malgré l’enthousiasme plus que mitigé de son mari Bill.

Fido 2

Dès les premières minutes, le film se place clairement comme une sorte d’hommage aux films d’horreur des années cinquante avec ses thèmes et décors directement inspirés de ceux-ci. La séquence d’ouverture sent d’ailleurs bon le petit film de propagande anti-communiste de l’époque. Avec ses accents Tim Burtonesque et ses personnages hauts en couleur, Fido bénéficie aussi d’un remarquable travail au niveau de l’ambiance et de la mise en scène.

Non content de soigner l’aspect esthétique du film, Andrew Currie prend en plus énormément de liberté avec les règles du genre en conférant des capacités de réflexions aux zombies, un peu comme le fait George Romero. Mais Fido étant une comédie, le tout est bien plus digeste que les récentes œuvres du maître.

Fido 4

Si les zombies sont des objets de comédie dans le film, c’est tout d’abord pour mettre en avant les travers des vivants. En effet, Fido s’essaie par moment à la satire avec un certain talent. Critique de la société de consommation, ou tout simplement critique de la société américaine où les rapports entre les Hommes sont déséquilibrés jusqu’au sein même de la famille. Même si les thèmes sont vus et revus, le film reste suffisamment intelligent pour ne pas tomber dans le cliché moralisateur et se permet d’inverser les rapports de force avec beaucoup de malice.

Le spectateur prend donc beaucoup de plaisir à voir évoluer les personnages. Mention spéciale à Billy Connolly, très convaincant dans le rôle de Fido, et à K’Sun Ray qui interprète le rôle du petit Timmy qui s’attache de plus en plus à son camarade d’outre-tombe. L’alchimie entre les deux personnages passe très bien et leur histoire sonne particulièrement juste, du moins aussi juste que ça puisse l’être entre un enfant et un zombie.

Fido 3

Finalement Fido est une sympathique comédie zombie familiale que vous pouvez regarder tranquillement avec votre petit frère ou vos enfants un dimanche après-midi, ou encore avec votre petite amie même si celle-ci est allergiques aux films d’horreur. Servi par des acteurs impeccables et une réalisation soignée, Fido vous fera passer un bon moment alternant avec brio comédie, horreur soft, et moments d’émotions. Pas un classique, mais un chouette film.

Fido 5

Et pour la semaine prochaine, vous proposez quoi ? Lâchez-vous en commentaires !

Vous avez vu Fido ? Alors n’oubliez pas de l’ajouter à votre collection zombie et de le noter !

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

5 commentaires

  1. sébastien dit :

    Ouais. C’était un petit film sympa. Cependant, je suis pas d’accord avec toi quand tu dis ‘avec ses accents Tim Burtonesque’.
    Ce film n’emprunte rien aux film de Tim Burton. Fido est une jolie carte postale des années cinquante qui emprunte justement au Jour des Morts-Vivants dans sa construction du personnage de Fido. Il ressemble beaucoup à Bud je trouve. Alors que Tim Burton, dans sa filmographie (à part quelques rares exceptions), donne une vision assez obscure du monde. Il flirte avec le gothique et utilise énormément les couleurs sombres.

    1. Nitz dit :

      Calico J4ck fait certainement référence à Edward aux mains d’argent de Burton qui plonge le spectateur dans une une banlieue américaine des années 50/60 riche en couleurs vives.

      1. Trixie dit :

        Ou a Pee-Wee Big Adventure!

  2. icare dit :

    Film très sympathique et agréable à regarder.
    Etant donné l’épilogue du film on peut se demander s’il ne s’agit pas aussi d’une illustration du complexe d’Œdipe, Fido étant un peu comme un prolongement de soi du garçon. Il faut dire que dans ce film Carrie-Anne Moss est la parfaite incarnation de la MILF (pardon pour la vulgarité). Elle y trouve probablement son rôle le plus sexy de sa carrière.

    1. Trixie dit :

      UN des rôles les plus sexy de sa carrière (Love Hurts, Vegas, et un peu memento quand même).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *