The Walking Dead 505 : Self Help, ce que nous en avons pensé

the walking dead comic con

C’est avec une froideur assez inhabituelle pour ce début de saison 5 de The Walking Dead que nous avions accueilli Slabtown la semaine dernière. Cet épisode, entièrement dédié à Beth, ne nous avait fait ni chaud ni froid et nous avait plutôt laissés sceptiques. Alors, en découvrant que Self Help serait entièrement consacré à l’échappée du bus magique d’Abraham et sa clique, nous avions nos craintes.

the walking dead self help

Et, si le fond de l’épisode est foncièrement intéressant et colle, comme nous nous en doutions, au comic, l’ensemble tire une nouvelle fois en longueur avec des moments lancinants et pas toujours nécessaires qui ne peuvent empêcher l’ennui de pointer le bout de son nez.
Alors certes, sortis de cet épisode, nous en savons beaucoup plus sur Abraham et découvrons un personnage bien construit (j’ai particulièrement aimé ses éclats de rire sur le toit du camion de pompiers) mais Self Help manque cruellement de jus.

the walking dead self help

Une fois encore les fanboys viendront défendre l’épisode en disant que je ne suis jamais content quand il n’y a pas d’action mais comme toujours, ils n’auront pas compris qu’il est possible de créer une dynamique dans un épisode sans tout faire exploser. Et ici, les scènes semblent ne jamais finir et un gros coup de tronçonneuse aurait été nécessaire pour rendre l’ensemble plus court et percutant. Le background d’Abraham a beau être intéressant, il finit par se noyer dans la mélasse de pathos que Self Help essaie de nous faire avaler régulièrement… L’évolution d’Eugene (et ses révélations) est en revanche plus réussie pour la simple raison que les scénaristes ne passent pas trois plombes à nous dévoiler la vérité sur le personnage.

the walking dead self help

Mais outre tout cela, l’épisode se caractérise également par le retour des conneries habituelles de la série. Tout lister serait assez difficile mais comment croire que tous s’en sortent sans une égratignure après que leur bus magique a décollé ; qu’ils parviennent à en sortir si facilement et à dégommer sans encombre autant de zombies (ils sont vraiment inoffensifs les pauvres) ? Sans parler de Tara qui tape la discute à Eugene le dos tourné à la porte par laquelle n’importe quel zombie pourrait s’engouffrer ni des effets numériques franchement lamentables… Et que dire de ces zombies qui ne sont même pas waterproof… dans ce cas là, un orage et l’apocalypse zombie sera finie !

the walking dead self help

Enfin, Self Help est également décevant à cause du passage de la horde. Dans le comic (ou les livres), les hordes ont une grande importance et sont des masses effrayantes de morts-vivants. Ici, sans parler du fait que les survivants hurlent comme des porcinets à quelques mètres des zombies, la horde est assez ridicule. Avec son succès, la série The Walking Dead est censée avoir un budget conséquent : où sont les plans transcrivant à l’écran l’horreur d’une telle horde ? Devons-nous réellement nous contenter de ce panorama sur des zombies ajoutés par ordi ? Franchement, la horde qui s’était téléportée sur l’autoroute dans l’un des épisodes de la saison 2 était bien plus impressionnante…

Bref, Self Help nous permet de découvrir Abraham sous un nouveau jour et marque un moment important de l’histoire avec les révélations d’Eugene. Dommage que cela soit au prix d’un épisode encore une fois assez mou où les idioties se multiplient. Nos bras-cassés vont-ils maintenant retourner avec Rick et sa bande ?

the walking dead self help

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

7 commentaires

  1. Willy dit :

    Episode excessivement chiant. Les zombies ne sont officiellement plus une menace, on peut foncer dans le tas et ne plus fuir. Suffit de les chopper au cou et c’est easy. Ca griffe pas un zombie, c’est connu.
    Au passage, pas de zombie en dessous de 21 ans. Interdit, ils sont pas assez matures pour aller dévorer du survivant.
    Eugène m’ennuie. Glenn et Maggie n’ont eu aucun développement dans cet épisode. Et Rosita a plus de dialogues dans cet épisode que dans tous les précédents réunis. Abraham continue de me paraître ridicule en comparaison du viking du comic.
    C’était trèèès long et ca m’a rappelé la grande époque des saisons précédentes. Les flashbacks d’Abaraham n’apportent pas grand chose.
    Pour le coup de la flotte, j’te trouve sévère par contre. C’est pas de la pluie, c’est du jet haute pression. Avec la décomposition, normal que ca déchiquète un zombie.
    Bref. La qualité est en chute libre. Le précédent épisode m’a un peu plus plu, j’espère qu’ils vont revenir à ce qu’on nous offrait au début de la saison.

  2. Dudule dit :

    Oui alors quand on est un personnage survivant de l’apocalypse d’une série américaine, pour économiser l’essence on voyage à six dans un vieux car qui consomme un max (ce n’est pas comme si on avait l’embarras du choix au niveau des véhicules…) que l’on troque contre un camion pompier très discret. On se sort sans égratignure d’un vol plané sans ceinture de sécurité. On marche tous dans la seule flaque d’eau à des km alentours. Et on suit avec enthousiasme le plus stupide de la bande.

    Ont-ils pris l’acteur d’Eugène pour sa ressemblance avec l’auteur ou pour sa coupe de cheveux? ( nan nan, pas pour son jeu d’acteur ça c’est sûr).

    Passer la moitié de l’épisode dans le noir (ça permet d’économiser les fonds verts?) et (presque) visiter la ferme des 1000 vaches, j’adore.
    Cette semaine on se sera vraiment zombichié.

  3. bouiboui dit :

    Les + :
    – Enfin on sait ce qu’on devait savoir d’Eugène.
    – Moins mauvais que l’épisode précédent.
    – Des références à Rubber, le bus magique.
    -Eugène, malgré sa moue de hamster constipé, est le seul perso digne d’intérêt pour cet épisode. Il faut dire que tout l’épisode repose sur son “coming-out”.
    -L’idée de mettre des ellipses “Abraham Origins”… La dernière permet d’expliciter l’attitude d’Abraham. C’est déjà ça de pris.

    Les moins :
    – … malheureusement ellipses nombreuses, mal intercalées et mise en scène moyenne. Deux auraient suffit.
    – Un bobos au poignet d’Abraham pour un accident de la route. Le bus s’est quand même retourné quoi.
    – Le plan sur les zombies au loin. Vraiment mal fichu.
    – La scène de car-wash.
    – Le moustachu bourru, zéro neurone, zéro charisme, servis pas des dialogues à la pisse. Ce qu’il dis à Glenn est totalement WTF. “si tu es fort, tu tues sinon on te tue donc tu tues en retour …”
    – Un épisode de grappillé facilement. 40 minutes de remplissage pour 5 utiles pour la narration de l’épisode.

    1. bouiboui dit :

      à la narration de la série et non de l’épisode.

  4. icare dit :

    Donc Abraham serait une sorte d’ex-mari violent (pour ce que j’en ai compris) en quête de rédemption ? So what ? Un épisode pour accoucher d’une si misérable révélation. Si j’avais un minimum de culture religieuse j’y verrai sans doute beaucoup d’autres choses mais comme ce n’est pas le cas…
    S’ils persistent à scinder les épisodes en fonction des personnages traités on risque de se faire chier au moins une fois sur deux, partant du principe que les personnages intéressants se trouvent surtout dans l’autre contingent. Eugène est relativement bien traité mais c’est une exception.

  5. Trixxxie dit :

    Maladroit et improbable, pour ne pas dire long et chiant mais riche en absurdités.
    Beaucoup trop de flashback tue le flashback pour le mari violent, et au final, oui, quoi, il na pas perdu au change avec Rosita. Bref, je n’aimais pas cet Abraham grand rouquin brise fer a la coupe d’Elvis jusqu’au moment ou il a mis sa main dans le visage d’ Eugène pour mon plus grand plaisir. On appellera cela de la catharsis.
    Bien qu’Eugène nous soit apparu le plus souvent avec des réactions puériles et un
    comportement plus qu’infantile (il ne s’est jamais montré aussi brillant qu’un scientifique sauf pour le maniement des armes) il n’a pas été trop difficile de le croire surtout lorsqu’il a dit qu’il avait une mission tel un gamin déguisé en batman. Sous le choc et ayant besoin de repère je comprends que ce pauvre Abraham soit tombé dans la supercherie mais de la part des autres…Un désir commun d’espérance?
    Mais bon, si Maggie considère toujours qu’a notre époque le port de la coupe cambronne (ou nuque longue*) est toujours d’actualité représentant un fort symbole avant tout de marginalité, on peut se dire que la qualité de la réflexion des membres du groupe laisse a désirer, et là ça devient plausible.

    Point positif: la sex scene a été assez bien retranscrite d’après la bd. On en apprend un peu plus sur notre amie lesbienne Tara qui aime aussi mater.
    J’ai également beaucoup plus appris grâce a cet épisode:
    _TWD a utilisé la même fond zombinado de Z nation, pas de doute ce sont eux avec la même inoffensivité…apparemment;
    _Les hordes de zombies ne sont plus une menaces mais plutôt un défouloir;
    _L’eau permet de tuer les Z en putréfaction (uniquement au niveau du visage car les jambes ça sert a se déplacer), il ne faut plus la considérer comme une denrée indispensable rare en tant que telle,
    _Une blessure ré ouverte plusieurs fois après multiple soutures et qui saigne toujours n’est point alarmant,
    _Les zombies, comme les voitures sur les routes désertes, ont le pouvoir de se téléporter,
    _Glenn s’apprête a porter la barbe massive,
    _Si une lance a eau s’avère être un destructeur de cervelles efficace, alors cela élargit énormément le champs des outils utilisés comme armes de fortune.

    Vous l’aurez maintenant tous compris, la survie, c’est bien une question de volonté.

    *Sur le port de la nuque longue (ou Cambronne, mullettte: origine année 70 à 90)
    _Des découvertes archéologiques confirment l’existence de cette coupe dans les anciennes civilisations de Mésopotamie, de Syrie et d’Asie mineure. Les guerriers hittites du XVIe siècle av. J.-C. portaient une coupe de cheveux proche, tout comme les Assyriens et les Égyptiens. Enfin, des statues et les gravures grecques du VIe siècle av. J.-C. révèlent que des coupes de cheveux apparentes étaient présentes dans la culture occidentale dès ses débuts. Les Romains préféraient quant à eux une coupe beaucoup plus courte.
    _Aux États-Unis cette coiffure est typiquement associée aux rednecks. Comme chez les Britanniques : on utilise l’expression mullet ; la coupe est appelée aussi avec ironie : Camaro Hair, Hockey Hair, Kentucky waterfall ou Business up front, party in the back (complété par certains esprits acerbes par l’expression asshole all around).
    _Au Québec et au Canada ceux qui portent cette coiffure associée aux années 1980 sont parfois l’objet de dérision. Étymologiquement, les appellations coupe Vanier, padde, coupe skidoo, coupe Longueuil et coupe Princeville attestent bien le mépris que certains éprouvent pour les habitants de ces régions de Montréal (Longueuil), de Québec (Vanier) et du Centre-du-Québec (Princeville), reconnus pour être des milieux ouvriers. L’idée selon laquelle les gens coiffés de cette manière sont généralement d’intelligence inférieure est assez répandue. Chez les femmes, ce type de coiffure est aussi associé à l’homosexualité (ce qui explique pour le mieux ce rapprochement rapide entre Eugène & Tara).

  6. Fredd dit :

    On y est….
    Je retrouve tout ce qui me degoute de la serie par rapport au comics!!

    Du gnagna, du blabla et une mise en scene a pleure (de rire ou de tristesse)….
    Sans m attarder, je justifirai ma critique par la merveilleuse scene “j eparpille les zombies facon puzzle au Karcher”…. Lamentable…. Je rappel que les manifestation urbaine (greve, ect..) sont parfois calmé par des jets provenant de camion de Pompier, donc je veut bien croire qu avec la decomposition, un ou deux “meurt” mais de la a faire exploser un crane, ou le corps (?!) il faut une sacree pression!!

    Bref, tout est brouillon, rien ne permet de se mettre dans l ambiance et meme les effets speciaux baisse en qualité….
    Je n espere meme pas, avoir mieux la semaine prochaine…

    Heureusement, Glenn a une nouvelle serie! 😉
    http://www.funnyordie.com/videos/cf51e54370/what-s-eating-steven-yeun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *