The Walking Dead 506 : Consumed, ce que nous en avons pensé

the walking dead comic con

Les deux dernières semaines, avec des épisodes dédiés à Beth puis au groupe d’Abraham, The Walking Dead nous avait encore prouvé que la série pouvait facilement perdre en intérêt en s’éloignant de la trame et du groupe principaux. En fait, comme depuis de nombreuses saisons, The Walking Dead répète la même structure avec des débuts palpitants, un milieu souvent ennuyeux avec des épisodes servant uniquement à construire le final et enfin des épisodes de fin captivants. Cette semaine, dans Consumed, qui se situe à la limite entre milieu de mi-saison et épisodes finaux, c’était donc au tour de Carol et Daryl de prendre les choses en main. Alors épisode mou ou palpitant ? À vrai dire, aucun des deux.

the walking dead consumed

En fait, Consumed est typiquement le genre d’épisode qui présente exactement ce à quoi nous nous attendions mais de manière plutôt divertissante. Les surprises sont donc aux abonnés absents et tout se déroule selon une mécanique que nous avions depuis longtemps devinée. Cette absence de surprises n’est cependant pas un mal en soi dans la mesure où Consumed parvient malgré tout à ne pas nous ennuyer.
Le retour de Daryl et de Carol à Atlanta y est d’ailleurs pour beaucoup grâce à la présence de nombreux zombies et à un changement de décor bienvenu. Certains avançaient justement cet argument à propos de Slabtown, l’épisode dédié à Beth, prétextant qu’un décor urbain était une bonne chose ; or un décor urbain c’est justement ce que nous découvrons dans Consumed, un résultat bien loin des couloirs javellisés de l’hôpital où est retenue Beth. Le “retour” de Noah est également plutôt bien vu, bien qu’attendu, et j’avoue avoir particulièrement aimé avec quelle simplicité (et rapidité) Daryl découvre qu’il connaît Beth : enfin une situation vraiment crédible.

the walking dead consumed

Concernant l’action et les zombies, nous sommes plutôt bien servis dans cet épisode où nous découvrons notamment le coup du cahier enflammé de Daryl qui s’avère un vrai pyromane tout du long. Cependant, si la majorité des rencontres avec les zombies contribuent à nous faire comprendre qu’Atlanta reste avant tout leur territoire, la scène de la camionnette est, elle, particulièrement pitoyable…
J’imagine bien le moment où les scénaristes sont arrivés avec cette idée : “Eh les copains, je veux balancer une camionnette dans le vide !” “Oh ouais quelle idée, mettons Daryl dedans pour que ça fasse peur à ses fangirls !” “Puis Carol aussi pour le côté romantique quoi !” “Ouais on est des génies, youpi !” “Bon les gars faudra juste trouver un truc débile pour les forcer à monter dedans par contre…“. Sérieusement, que ce soit la rambarde encastrée de manière très parfaitement parfaite, le comportement de Daryl et Carol en bon téméraires suicidaires, les zombies qui se téléportent, et les zombies qui meurent (presque) tous après une simple chute (d’ailleurs pourquoi seul un petit groupe tombe et pas tous), il y a de quoi nous faire interner après la vision de pareil désastre scénaristique. On sent bien que les scénaristes ont voulu ajouter cette scène pour rompre la monotonie et ajouter du spectacle… quel échec.

the walking dead consumed

Autre chose qui m’a dérangé dans cet épisode : les flashbacks sur Carol. Malgré son côté Rambo pas toujours crédible, Carol est l’un des personnages les mieux construits de la série, je ne comprends donc pas pourquoi les scénaristes se sont sentis obligés d’inclure autant de flashbacks aussi évidents sur ce qui lui est arrivé après qu’elle a été bannie du groupe par Rick. Ils sont vraiment inutiles, d’autant que les dialogues entre Daryl et Carol, sur le passé de cette dernière, étaient déjà suffisants pour continuer à développer le personnage.

Enfin, j’ai une fois encore relevé plusieurs éléments qui m’ont fait tilter. Par exemple, le fait que Daryl allume un feu pour brûler les cadavres si près des gens qu’ils souhaitent espionner (c’est bien beau de vouloir faire de la lèche à Carol mais bon…) ou encore la présence d’un bidon presque plein dans un appartement qui semble très proche du camp que Daryl et Carol croisent en chemin. S’agissait-il de fans de belote qui jouaient aux cartes au lieu de chercher des provisions ? Sûrement…

the walking dead consumed

Mention spéciale pour la vision artistique de Daryl qui s’avère bien plus intéressante que celle du pote docteur de Beth qui nous prenait le chou avec son histoire de transcendance dans Slabtown.

La fin de la mi-saison approchant très rapidement, Consumed joue bien son rôle en nous apportant de nouveaux éléments du puzzle afin de nous offrir, comme souvent, un final assez bluffant. Pris à part, cet épisode ne restera cependant pas dans les annales mais offre 40 minutes de divertissement acceptables.

the walking dead consumed

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

14 commentaires

  1. bouiboui dit :

    Les + :

    – Retour à la ville. Les effets ne sont pas extrêmement dégueux. Quoique La vue d’ensemble montre une ville en cendre alors que nos héros jonchent des murs bien propres, bien blancs. Il aurait fallu trancher.
    – Le duo est sympa. Ni ennuyeux, ni extasiant.
    – Dialogues pas pompeux. Faut dire que ce sont deux taiseux à la base.
    – Noah, un sidekick qui peut être sympa.
    – L’avis artistique de Daryll. classe.
    – Un épisode qui se regarde sans trop se forcer, malgré ses défauts. Et il y en a…

    Les -, essentiellement des invraisemblances ou des incohérences :

    – Furtivité scène 1: La filature en voiture… sur une route déserte. Comme par hasard c’est la seule et c’est celle qu’empruntent les “gentils” et les “méchants”. Un coup d’œil dans le rétroviseur suffisait pour qu’on repère Daryll et sa RamboFriend. Ils sont vraiment pas malins nos “méchants”.
    – Furtivité, scène 2. Brûlons des corps en plein centre ville histoire de se faire repérer avec la fumée. Ils ne sont heureusement pas repérés, ils sont vraiment pas malins nos “méchants”
    – Furtivité scène 3, marchons en plein milieu d’un pont et bien au milieu histoire d’être bien vu.
    – Accident scène 1: Pour survivre jetons-nous d’un pont à bord d’une camionnette.
    – Accident scène 2 : Caroll survie à un deuxième accident de la route dans l’épisode. Elle tombe comme un cheveux sur le capo d’une voiture.. euh… dans la soupe. J’avais pas vu pareil warrior depuis “Ultime combat”
    – Les flashbacks. Pour le coup ça ne sert vraiment à rien. ça grappille quelque minutes d’épisode.
    – L’actrice qui campe Caroll joue magnifiquement mal la douleur.
    – Noah – Daryll/ Caroll, comme par hasard ils se retrouvent pile dans le même établissement après la confrontation. Quelle coïncidence, je ne l’avais pas senti venir….

    Aucune surprise. Tout arrive comme on s’y attend. L’épisode est cousu de gros fil blanc mais a le mérite, assez paradoxalement, de ne pas être pompeux.

    1. Squeletor dit :

      Monsieur Bouiboui, je vous serais gré de ne pas copier mon avis d’une manière si éhontée 😉 Plus sérieusement, pas souvent que nous semblons tous (pour le moment) d’accord sur un épisode.

      1. bouiboui dit :

        Copiage non intentionnel, c’est vraiment ce que j’y ai vu dans cet épisode. Pitié Monsieur Squeletor ne me retirez pas de point.

  2. FatalFabs dit :

    un peu plus de tout dans cet episode mais pas l’extase non plus… on y repensera quand on s’en cognera un bien mou plein de dialogues plus tard … au moins là, ceux ci etaient bien dosés
    bien vu la rambarde predecoupée special suicide… de la maniere qu’elle penchait je pensai que la camionette aurait atterrie le pare choc en premier minimum voire sur le toit , mais non : a plat bien sur les roues ! .. ca a beau etre l’apocalypse, ils ont quand meme du bol dédé et rorolle … !
    coté flashback certains avaient noté lors du premier episode que Carol se mettait un camouflage puis apparaissait toute propre devant Rick et les autres a la fin de l’episode … bon on a pu voir qu’elle s’etait passée un coup de gant … super important !
    reste un episode pas chiant qui a le merite de redonner du suspens
    sinon on se retrouve encore a Atlanta ! en 5 saisons les persos ont si peu avancé geographiquement ???
    certes on sait pas la distance parcourue en voiture pour y revenir mais les scenaristes auraient pu trouver autre chose …

  3. icare dit :

    Alors comme ça nos héros rencontrent de manière fortuite l’évadé non pas une mais deux fois et cela à un intervalle de temps relativement éloigné… Je rappelle que ces deux groupes sont censés aller dans des directions totalement opposées… Je vous rejoints donc complètement Squeletor, sans rappeler tout ce que vous avez vous même relevé, sur votre dénonciation de la trame WTF de cet épisode. Après les effets spéciaux pitoyables du précédent opus on a ici droit à une narration totalement barrée. Il y a pas à dire la courbe du foutage de gueule n’est pas prête d’être inversée.
    Et en dépit tout cela j’approuve également votre concuclion quant au caractère regardable de ces 90 minutes. La raison principale en est la présence de deux des personnages les plus intéressants de la série, dont un constitue une pure création par rapport au Comics. C’est le mérite des scénaristes. Il faut bien en souligner un de temps en temps.

  4. bouiboui dit :

    L’avantage avec la coupure de mi-saison c’est qu’on aura rien oublier d’essentiel pour la suite vu le vide intersidéral du scénar’.

  5. Dudule dit :

    Hou pinaise! Au début j’ai cru que l’on allait rester tout l’épisode à regarder dans le vague avec Carol. Ça a été ma montée d’adrénaline.
    Tout à fait d’accord avec bouiboui et FatalFabs sur l’ensemble des invraisemblances et des points positifs. De plus, je ne saisis pas la logique de l’itinéraire du petit jeunot qui cherche à s’éloigner de l’hôpital. Pourquoi s’en est-il rapproché?

    J’ai adoré l’instant d’Art d’Art c’est l’histoire d’une œuvre d’art de Daryl. Ce weekend je l’emmène au centre Pompidou.
    Je reste sur ma faim. Je ne m’en fais pas, Dédé me trouvera surement un paquet de chips.

    1. Squeletor dit :

      Mdr, j’avais hésité à faire cette blague mais j’avais trop d’images avec des conneries déjà !

  6. Loran dit :

    Le coup de la camionnette qui bascule en avant et … qui retombe sur ses roues, génial ! A moins d’avoir effectuer une rotation complète en l’air (ce que je doute fort…)
    J’ai également eu la même réflexion lors que Daryl brule les 2 zombies… Idéal pour ce faire repérer avec cette bonne grosse fumée qui monte dans le ciel !
    Bref un épisode “bien mais pas top”, on apprend comment Carol se retrouve a l’hôpital et que Daryl retourne donc au camp chercher ses copains pour aller faire la guerre !
    D’ailleurs au passage, quand Carol passe la porte cadenassée pour la 2nd fois, c’était obligé que Noah arrive a se moment précis vu la façon dont elle passe la porte : a l’envers ! Non mais même si la zone est soit disant “sur”, tu t’amuses pas a passer une porte de cette façon ! Bref quand même pas mal de petit détails on va dire mais bon…
    Hâte que cette saison ce finisse…

  7. Eranae dit :

    L’épisode est pas trop mal à l’exception des flashbacks qui meuble et de la scène du van qui est ridicule. Pour la rencontre par deux fois avec Noah, je trouve pas ça complètement incohérent. La première fois, il les suit (il observe depuis une fenêtre la passerelle) ; et la seconde fois, on sait pas trop mais il avait peut être laissé quelques ressources à cette endroits, qui lui permettait au passage de connaitre les sorties de ce groupe. D’ailleurs l’enchainement à ce moment là est sympa c’est rapide et efficace, pas de discours de 3 h pour lui tirer les vers du nez sur Beth ; et pas de plan machiavélique de Carol pour rentrer dans l’hôpital juste un accident (avec le coté rambo Carol, je m’inquiétai d’une stratégie de fausse capture pour être admise à l’hosto).

    Pour ceux que ça intéresse la scène du van à été tournée ici => https://www.google.fr/maps/@33.7545462,-84.3979568,3a,75y,156.34h,69.01t/data=!3m4!1e1!3m2!1skluDblaB58EFy0eqBI3Q0g!2e0
    (la barrière supprimée est celle devant l’homme sur le trottoir)

    La scène du van est un assemblage d’idioties et de raccords douteux :
    – Ils avancent dos au Grady Memorial Hospital qui est à 1.1 miles derrière eux (un peu comme si on voulait aller à la tour Eiffel, en se dirigeant vers le Trocadero alors qu’on est sur le pont d’Iéna) ;
    – les apparitions et disparitions de zombies au fil des plans ;
    – la hauteur est pas assez importante pour permettre un tour complet d’un van Ford de cette taille ;
    – l’ombre rejoint quasiment le van lors de la chute, ce qui signifie qu’as moins de 30 cm du contact avec le sol, le van à un angle entre 90 et 180 °, donc bon nous mettre a la scène suivante un van à 0° à 1 m du sol c’est du foutage de gueule.

    PS : J’adore la critique artistique de Daryl.

  8. galette dit :

    En même temps, à partir du moment où on suit une (des) série avec des morceaux de zombies dedans, on ne peut pas être trop difficile concernant des invraisemblances du genre du Van. S’il était tombé sur le capot ou le toit,on aurait pas avalé qu’ils survivent. Ou alors on les faisait crever et ça nous aurait fait tout drôle de les voir zombifiés (ça ne m’aurait d’ailleurs pas déplu). Sorti de ça, quand on arrive en ville…préparez vous pour la bagarre, comme disait l’autre; ça risque de secouer avant la trêve hivernale et on va trépigner 3 mois pour connaitre la suite… Quant à l’interprétation de Daryl concernant le monochrome de chez Whiteman salopé par un chien, ça m’a autant fait rire que le zombie au pantalon sur les cheville de Z nation, qui n’a ainsi pas le monopole de l’humour. C’est plaisant de voir qu’il sont capables de se dérider chez TWD quand ils veulent…
    Tant que j’y suis, je remercie les équipes de traductions qui nous livre les sous-titres en un temps record, pour cette série et pour quelques autres. Chapeau bas!

  9. Trixxxie dit :

    Bon, force est de constater que je suis d’accord avec tout ce qui s’est dit par mes voisins du dessus.
    Consumed traduit bien la pyromanie de Dédé, qui a son coté badass mis en valeur tout au long de l’épisode, ça plus son coté artistique, ça m’a facilement fait oublier toutes ces incohérences durant l’épisode.
    Bien vu pour la barrière magique de ce pont, qui explique facilement la théorie de la pesanteur avec la chute d’un camion contenant 2 personnes.
    Des flashback inutiles pour combler, certes, mais ce que j’ai plus du mal a saisir c’est le semblant de regrets/introspection de Rorolle qui après avoir pris de telles décisions pour le bien de tous, se remet en question jusqu’à redevenir un personnage faible.Elle arrive même a convaincre Dédé de sauver (temporairement) ce pauvre Noah.
    Au sujet de cette rencontre, et même s’il les a suivi, Atlanta Downtown, c’est grand et plein d’immeubles…
    Bref, j’attends vivement la semaine pro avec son lot d’action contre ces vilains policiers de l’hôpital experts en filature.

  10. lucief dit :

    Dans walking Dead le monde est toujours très très petit, tout le monde arrive à se retrouver se recroiser même dans une super grande ville 😀 mais bon on aime quand même !
    Un peu dommage qu’à la fin de l’épisode la scène où Carole se fait renverser n’ait pas été tournée différemment. J’ai trouvé que c’était pas assez choque (sans mauvais jeu de mots).
    J’espère qu’elle mourra pas parce que Carole il faut le dire elle est Badass !

  11. to_mucht dit :

    Me re-voila, pas de commentaire depuis le 503, les épisodes n’en valant franchement pas la peine… Étant totalement d’accord avec les critiques postées sur MZC, il n’y avait rien de plus à exprimer, si ce n’est de la déception.. :-//
    Mais ce “consumed”, bien que prévisible et sans surprise, m’aura laissé un bien meilleur goût qu’un “self help” (BLURP…) ou qu’un slabtown” (BEURK…)
    Certes, les incohérences sont toujours présentes, mais elles ne m’auront cette fois que peu dérangé. Les vues d’Atlanta sont bien mieux réussies, et c’est vrai, à revoir l’épisode, les murs immaculés que rasent D. et C. gênent un poil mais ça reste pour moi du détail. La scène du van a dérangé plus ou moins tout le monde, mais moi je l’ai trouvée fun, c’est pas du grand art mais c’était fun. Bon le coup des rembardes, c’est vrai, c’est bof. Mais les Z. qui pleuvent, ça m’a fait marrer. Quant aux flashbacks de C., c’est vrai qu’ils n’étaient pas franchement utiles, mais j’ai trouvé qu’ils étaient amenés avec un bien meilleur rythme que dans “self help” et la timeline post-apo de C. avec cette fumée en fil d’ariane illustrant les moments clés l’amenant a ce qu’elle est désormais, c’était facile mais ça ne m’a pas non plus déplu.
    J’ai également beaucoup aimé ce changement de décor pour un VRAI environnement urbain. Bref, un bon moment qui rattrape (un peu) les 2 derniers épisodes. Espérons qu’ils restent les 2 seules erreurs de parcours de cette 5ème saison.
    !!! SPOIL !!! SPOIL !!! SPOIL !!! SPOIL !!! SPOIL !!!
    D’après vous, va-t-on rapidement voir Alexandria dans cette 2eme partie de saison ?
    Voire un trio Negan/Lucille/Glenn en season final…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *