Dead of Winter : le jeu de l’hiver arrive enfin !

dead of winter

À l’heure où les premiers flocons de neige vont venir recouvrir les paysages d’un beau manteau blanc, Filosofia se charge de mettre un peu de couleur sur tout ça. Du rouge, comme par hasard. Car c’est en ce début décembre que sortira Dead of Winter : À la croisée des chemins, son nouveau jeu de plateau mêlant survie et zombies, imaginé par Isaac Vega et John Gillmore.

dead of winter boiteDead of Winter : À la croisée des chemins est un jeu de plateau meta-coopératif où les joueurs (de 2 à 5) incarnent les survivants d’une colonie confrontée à une apocalypse zombie et doivent faire face à tous les problèmes inhérents à ce genre de catastrophe. Outre l’hiver qui approche, ils doivent ainsi gérer des crises comme l’apparition d’une maladie, chercher des ressources, combattre les zombies, etc.
Chaque joueur a donc à la fois un objectif commun (participer à la survie de la colonie) et un objectif personnel, qu’il doit remplir pour remporter la partie et garder secret des autres joueurs. Bien sûr, les deux objectifs pourraient très vite s’opposer entre eux. Cette mécanique va donc sans doute permettre de retranscrire la tension qui peut exister au sein d’un groupe de survivants où les travers et autres aspirations intimes s’entrechoquent. À ce titre, les créateurs ont réellement embrassé le concept à bras le corps puisqu’il sera possible d’exclure un joueur de la colonie qui, exilé et revanchard, devra remplir un nouvel objectif l’opposant à la colonie.
À chaque tour, le groupe sera confronté à différentes situations qui influenceront la colonie (sacrifier des actions ou des ressources pour gagner du moral ? Recruter des survivants et lâcher des ressources ? etc). Chacun devra faire ses choix, les justifier ou pas, ce qui promet une bonne interaction entre les joueurs.

dead of winter cartesJe dois avouer que ma première réaction a été de me dire “Oh non, encore un jeu de gestion de ressources surfant sur la vague zombie” mais en m’y attardant un peu plus, j’ai découvert que ce jeu recelait quelques qualités intéressantes. Le matériel n’a rien d’exceptionnel (les zombies et personnages sont en carton) mais les illustrations de Fernanda Suarez sont agréables et mettent facilement dans l’ambiance. Le jeu est également proposé en français, ce qui est toujours agréable puisque ce n’est le cas de tous, et est proposé pour moins de 60€. On s’en accommodera si l’on est un joueur régulier.

Une sortie à la mi-novembre lui aurait peut être permis de gagner sa place dans nos conseils de cadeaux de Noël mais un retard dans l’agenda des lutins du père Noël a poussé Filosofia à le mettre sur les étals qu’à partir du 5 décembre.

Sources: Filosofia & Tric Trac

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

À propos de l'auteur

Incapable de se faire comprendre par le genre humain, vif comme un cailloux roulant au fond d'une rivière, beau comme une olive verte oubliée au soleil, Baron Mardi s'est, il y a de nombreuses années, tout naturellement rapproché des zombies qu'il considère comme ses pairs. Il pense, parle et surtout sent le zombie. Bref, on peut dire que Baron Mardi aime le zombie. Détail troublant: Jusqu'à présent, il évite soigneusement de parler de ses goûts culinaires. Allez savoir pourquoi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *