Vous l’avez voulu ! Le choix des lecteurs N°23 : Re-Animator

re animator 1985

Après s’être plongée dans l’Italie des années 80 avec les Démons de Lamberto Bava, notre rubrique Vous l’avez voulu ! Le choix des lecteurs continue son voyage nostalgique avec le célèbre Re-Animator, proposé par Vince sur le site.
Réalisé en 1985 par Stuart Gordon, qui signait alors son premier film destiné au cinéma, et librement adapté de la nouvelle Herbert West, réanimateur de H.P. Lovecraft, Re-Animator avait lors de sa sortie en France en 1986 remporté un certain succès en attirant plus de 600000 de nos concitoyens dans les salles obscures. Un beau succès pour un film d’horreur qui marquait également les débuts de Brian Yuzna en tant que producteur, celui-même que nous avons pu notamment retrouver par la suite derrière la caméra avec Re-Animator 2 : la fiancée de Re-Animator, Le retour des morts-vivants 3, Beyond Re-Animator et plus récemment le mauvais La malédiction des profondeurs.

re animator megan dan

Herbert West (Jeffrey Combs), un étudiant en médecine obsédé par la mort mais aussi un je-sais-tout prétentieux doublé d’un génie, débarque du jour au lendemain dans une université américaine. Il vient alors troubler le quotidien de Dan Cain (Bruce Abbott), un autre étudiant, dont il devient le colocataire. Menant des expériences sur la réanimation dans la cave de la collocation, Herbert entraîne peu à peu Dan dans sa folie…

re animator ruffus

Même 30 ans après sa sortie, ce qui marque avec Re-Animator c’est sa capacité à retranscrire à l’écran le genre d’ambiance que le maître de l’horreur et de la science-fiction savait créer dans ses récits. En fait, un peu comme Charles Dexter Ward se passionne pour son troublant ancêtre Joseph Curwen dans L’Affaire Charles Dexter Ward, nous suivons ici l’évolution de la relation entre Dan et Herbert. Ainsi, si Dan a du mal à accepter la personnalité irritante d’Herbert, il ne tarde pas à lui vouer une sorte d’adoration non avouée quand il découvre qu’Herbert a développé un sérum capable de redonner une forme de vie à des corps morts. Ainsi, en traitant avec une telle efficacité les thématiques de l’obsession et de la fascination, le scénario du film de Stuart Gordon parvient le tour de force d’être à la fois riche, de tenir la route, d’être captivant tout en respectant les écrits de H.P. Lovecraft (bien que le film ne soit pas fidèle au texte d’origine).

re animator west dan

Mais le film ne s’arrête pas à la relation entre ces deux personnages et nous propose également un certain nombre de sous-intrigues comme la relation entre Dan et Megan (Barbara Crampton), la fille du directeur de l’hôpital, ainsi que l’obsession du docteur Hill pour cette même Megan, qui termineront d’en faire un film que l’on dévore avec avidité. Le docteur Hill, un scientifique assoiffé de réussite et doté d’étranges pouvoirs hypnotiques, admirablement campé par David Gale qui malheureusement décédera seulement quelques années après le tournage, est d’ailleurs, tout comme Herbert West, un personnage inoubliable.

re animator west

À cela s’ajoutent des effets spéciaux vraiment réussis (encore aujourd’hui) – l’un des acteurs principaux est quand même réduit, durant une bonne partie du film, à une tête qui parle – et surtout une réalisation vraiment percutante et sans froufrous. La caméra de Stuart Gordon est en effet étonnamment habile et permet une immersion totale dans des scènes devenues mythiques comme celle de la cave où Herbert et Dan tentent d’attraper le chat de Dan ramené à la vie par le sérum de West et surtout celle, dans la morgue, où tous les morts ont été réanimés, qui conclue le film dans une apothéose complètement déjantée.

De son générique de début, avec ses écorchés, à sa fin, Re-Animator est, 30 ans après sa sortie, un film qui continue de convaincre. À l’image de la spontanéité de l’intriguant Herbert West qui quand on lui demande ce qu’il étudie répond sans sourciller “La mort”, le film nous livre avec une efficacité redoutable une histoire qui fera le bonheur de tout amateur de film d’horreur et de zombies malgré l’absence d’apocalypse zombie à proprement parler. Bref, ne pas avoir vu Re-Animator est une folie digne d’un certain Herbert West !

re animator zombie

Et pour la semaine prochaine, vous proposez quoi ? Lâchez-vous en commentaires !

Vous avez vu Re-Animator ? Alors n’oubliez pas de l’ajouter à votre collection zombie et de le noter !

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

5 commentaires

  1. Sébastien dit :

    Film remarquable que j’ai dû voir une bonne vingtaine de fois!

  2. Squeletor dit :

    Un petit coup à la pêche aux propositions ? Qu’est-ce qui vous tente pour le N°24 ? Des idées ?

  3. Docacoc dit :

    La Nuit de la Comète !!

  4. cheesecake dit :

    J’ai dû le voir 2 fois dans mon jeune temps… j’avais adoré…

    sinon sur FB j’ai proposé le remake du “jour des morts vivants” avec du Ving Rhames dedans :)

  5. Tragopan dit :

    Encore un film culte ! La nouvelle est en effet très différente mais excellente elle aussi. Ça commence à faire longtemps que je n’ai pas vu le film, mais sa musique, que j’adore (le thème principal du moins), me hante depuis toutes ces années <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *