Vous l’avez voulu ! Le choix des lecteurs N°25 : The Dead

the dead

Aujourd’hui, dans le 25ème numéro de Vous l’avez voulu ! Le choix des lecteurs, nous délaissons les montagnes de béton des milieux urbains du nanar La nuit de la comète pour nous perdre dans l’immensité de la savane africaine avec The Dead. Ce film proposé par ElPeroLoco tombe à point nommé puisque le 16 février dernier sortait en DVD/Blu-ray The Dead 2, la suite de ce grand film (oui n’ayons pas peur des mots). Les frères Ford, scénaristes et réalisateurs du film, ont en effet, de mon point de vue, bouleversé certains aspects du genre avec The Dead en 2010. En voici le synopsis, pour ceux qui ne l’auraient pas vu :

Un mercenaire américain est l’unique survivant d’un vol quittant précipitamment une Afrique en proie à une épidémie zombie de grande envergure. Seul, perdu dans une nature hostile et entouré de zombies, le lieutenant Brian Murphy ne doit sa survie qu’à sa volonté d’avancer et à l’opportune aide du Sergent Daniel Dembele. Celui-ci deviendra son compagnon d’infortune, ils partageront alors un but commun : survivre pour retrouver le fils de Daniel.

Une belle entrée en matière

Dès son début, The Dead s’avère redoutablement construit grâce à une brève scène antechronologique qui nous donne immédiatement un aperçu de ce sur quoi sera basée l’ambiance du film : la solitude d’un survivant traversant sans un bruit une nature africaine hostile peuplée de morts-vivants. Puis débute l’histoire de ce dernier. Ainsi, alors que nous nous retrouvons dans la carlingue étriquée d’un avion, l’action tranche radicalement avec la scène précédente, nous jetant efficacement dans une atmosphère angoissante et hystérique rythmée par les cris et les pleurs qui émanent de l’appareil, une atmosphère que l’image en perpétuel changement ne fait qu’accentuer. C’est alors que nous rencontrons notre héros et que les scénaristes nous donnent les clés de l’histoire : une épidémie zombie déferle sur l’Afrique et une morsure signifie la mort.

The dead

Les zombies

Comme je vous le disais déjà dans la critique de The Dead 2, les frères Ford nous proposent des zombies dans la pure lignée Romérienne. Ils sont lents, très lents (plus lent que ça tu ne bouges plus ou tu recules), mais leur démarche n’est pas chaloupée et saccadée comme dans d‘autres films ; ici les acteurs n’en font pas trop, donnant une vraie singularité aux zombies qu’ils incarnent. Mais, si la vitesse n’est pas leur atout majeur, leur nombre en fait un véritable danger. Mais, en réalité, ce n’est pas leurs attaques en groupes qui les rend dangereux, c’est leur omniprésence. Rarement dans un film de zombies vous ne ressentirez cette impression de présence permanente des morts-vivants qu’offre The Dead. En effet, à peine notre héros a-t-il mis un pied à terre qu’ils montrent déjà le bout de leur nez (pour ceux qui en ont encore un). À partir de là, ils ne quittent presque plus jamais l’écran. Et s’ils ne sont pas toujours proches de notre héros, leurs silhouettes lointaines rappellent perpétuellement que tôt ou tard, ils le rattraperont. Si bien que tel le châtiment de Sisyphe, la fuite du lieutenant Murphy semble impossible et sa mort inévitable.

C’est donc à ces zombies particulièrement réussis et uniques, que nous devons la qualité de cette angoissante course contre la mort qu’est The Dead. D’ailleurs, outre leur étrange regard, ce qui est aussi intéressant avec les zombies des frères Ford c’est leur absence d’expression et leur silence. Ils ne montrent pas les dents, n’expriment pas d’agressivité et ne gémissent même pas de bonheur quand ils mordent à pleine bouche dans une épaule charnue. Cela ne les rend toutefois pas moins inquiétants : ceux sont en fait l’un de mes types de zombies favoris (juste après la strip-zombie de Le Retour des morts-vivants).

The Dead

Un décor inhabituel

Pour ce qui est du dépaysement, les frères Ford ont tapé juste et nous offrent un décor tout à fait original, loin des supermarchés et des décors urbains habituels. Cela est quasiment unique pour un film de zombies et ouvre des perspectives complètement nouvelles au genre, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Alors bien sûr, ce choix nous permet de découvrir de superbes paysages, tels qu’une savane immense ou d’incroyables reliefs ciselés, mais The Dead n’est pas un documentaire et ces paysages servent avant tout l’histoire. En effet, notre héros en plus de devoir échapper aux morts doit aussi tenter de survivre dans un environnement peu propice à une longue errance. La grandeur des paysages met alors en exergue la solitude de Brian venant renforcer encore une fois l’intensité immersive du film. 

The dead

Seul et en silence

Enfin c’est la bande son du film qui permet à The Dead d’être aussi prenant. Ainsi, alors qu’habituellement la bande son aide le spectateur à anticiper le déroulé de certaines séquences d’un film, c’est ici son absence presque totale qui garantit la surprise du spectateur. De plus, comme le héros ne parle presque jamais (il est seul une bonne partie du film et ses échanges avec le sergent Daniel sont rares), The Dead s’avère un film presque muet duquel il est difficile de décrocher. Et, comme je vous le disais ci-dessus, ce ne sont pas les cris des zombies qui saturent nos tympans, ceux-ci ne daignant même pas émettre un petit gargouillis de plaisir lorsqu’ils ont de la viande blanche à portée de dents.

J’aurais pu m’attarder sur ce film plus longuement mais, selon moi, les différents points dont je viens de parler expliquent sans mal pourquoi The Dead possède une atmosphère d’une telle qualité. Ajoutez à cela un jeu d’acteur plutôt correct, des personnages plutôt bien construits, une action variée et un suspens bien dosé et je peux dire sans crainte que ce film de zombies est l’un des meilleurs que j’ai eu la chance de découvrir. Un road trip zombie à voir et à revoir.

Et pour la semaine prochaine, vous proposez quoi ? Dîtes-le nous en commentaires.

Vous avez vu The Dead ? Alors n’oubliez pas de l’ajouter à votre collection zombie et de le noter !

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

5 commentaires

  1. heisenbergg dit :

    Avec The Battery,le meilleur film Z de ces dernieres années…

    1. ElPeroLoco dit :

      Merci!!! Rien à redire sur la critique, un film à passer à ceux qui n’aiment pas le cinéma de zombies!
      Et un p’tit Zombie 4: after death pour la prochaine fois? Histoire d’enchainer avec un nanard…

  2. Cheesecake dit :

    Super moment à regarder ce film… aux antipodes d’un dead snow (que j’adore également) !

    1. Squeletor dit :

      Et une petite propos pour la semaine prochaine ? :)

  3. icare dit :

    Il faut souligner également la grande qualité de la direction d’acteur (ou du casting). Aucune fausse note ici à l’image d’un personnage principal particulièrement crédible en ingénieur.
    J’approuve sinon tout ce que vous avez écrit sur l’ambiance du film.

    Propositions :
    le lac des morts vivants
    l’avion de l’acopalypse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *