GoatZ, quand les chèvres zombies se moquent de DayZ

goatZ goat simulator dlc

Né, comme la franchise Machete, d’une simple bande-annonce parodique, le jeu Goat Simulator a depuis l’année dernière infecté nombre de supports de jeu du PC en passant, plus récemment, par la Xbox One. Ce sont donc des milliers de joueurs qui ont pu prendre le contrôle de leur héros : une chèvre sous hormone devant remplir des quêtes souvent absurdes. En même temps, les développeurs suédois de Coffee Stain Studios le disent eux même Goat Simulator est “un petit jeu, plein de bugs et stupide” et ne se gênent pas de nous conseiller de plutôt dépenser 10€ pour “un hula-hoop un tas de briques ou une vraie chèvre” plutôt que d’acheter leur jeu. Ceci étant dit, ils ne sont pas encore prêts à abandonner leur chèvre poule aux œufs d’or puisque c’est un nouveau DLC qui débarque aujourd’hui. Et, si nous en parlons sur MZC, c’est qu’il s’agit bien évidemment d’un DLC zombie.

goatZ goat simulator dlcIntitulé GoatZ, ce DLC propose donc aux joueurs de monter d’un cran dans leur rêve d’incarner une chèvre puisqu’ils pourront jouer une chèvre zombie, à en faire pâlir de jalousie les moutons zombies de Black Sheep. Mais évidemment, les joueurs pourront également compter sur leur lot de zombies humains mais aussi, à en croire la bande-annonce, à des éléphants zombies. Parodiant ouvertement DayZ et présenté comme “le seul survival sur Steam qui n’est pas en accès anticipé“, GoatZ est donc disponible dès aujourd’hui sur Steam (PC, Mac et Linux) sous la forme d’un DLC (4$99) et sur iOS et Android pour le même prix sous forme d’application à part.

En attendant de voir si certains parmi vous se laissent tenter, nous vous laissons avec la bande-annonce :

Pour plus d’infos, vous pouvez visiter le site officiel du jeu et sa page Facebook.

Source : Steam

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

À propos de l'auteur

Rédacteur en chef de My Zombie Culture. Passionné de tondeuses à gazon mais surtout de Zombies depuis BrainDead et prêt à voir les plus sombres navets cinématographiques pour peu qu'il y ait du mort-vivant à découper. (Site web)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *