Fear The Walking Dead 101 : Pilot, ce que nous en avons pensé

Fear-the-Walking-Banniere

Cela faisait plusieurs semaines que les zombies avaient quitté le petit écran américain. Aujourd’hui, avec la diffusion hier soir sur amc (et tôt ce matin sur Canal + Séries en VOSTFR), nous attaquons une nouvelle saison riche en séries de zombies avec le premier épisode de Fear The Walking Dead, la petite nouvelle d’amc, née du succès de The Walking Dead. Retour donc sur Pilot, le premier épisode de cette première saison de Fear The Walking Dead qui en comptera six.

Une série différente de The Walking Dead

Les producteurs de la série nous avaient prévenus que Fear The Walking Dead serait bien différent de The Walking Dead mais nous avions de quoi douter, ceux-ci étant des habitués des annonces exagérées avec The Walking Dead. Pourtant, avec ce premier épisode, nous avons en effet l’impression de goûter à quelque chose d’assez nouveau et, pour dire, de plutôt savoureux.
Le choix de placer l’action avant le début de l’apocalypse s’avère en effet rapidement payant. Ici, l’action ne débute pas plusieurs semaines après l’arrivée des zombies (The Walking Dead) voire années (Z Nation). Nous plongeons dans le bain, en même temps que les héros, alors que seuls les premiers signes de l’apocalypse zombie se font pressentir. Nous nous retrouvons alors confrontés à des personnages qui n’ont aucune idée de ce qui va leur tomber dessus et c’est fort de notre connaissance du futur de l’Humanité que nous les observons dans leur vie quotidienne.

fear the walking dead saison 1 épisode 1 pilote

Mais la grosse réussite de Fear The Walking Dead (pour le moment) est d’avoir réussi à ne pas nous ennuyer malgré la situation familiale des héros qui aurait pu aboutir à un mauvais soap opera : la famille recomposée, le fils drogué rebelle, l’adolescente qui s’oppose à ses parents etc. En fait, là où nous aurions pu craindre que Fear The Walking Dead démarre avec des épisodes nous présentant la vie normale des deux familles – celles de Madison et de Travis – les scénaristes (Robert Kirkman et Dave Erickson) ont eu l’intelligence de le faire dès le départ au travers des changements apportés dans leur vie par les premiers signes de l’apocalypse et notamment via la rencontre de Nick (Frank Dillane) avec un premier zombie en début d’épisode.
Ainsi, ce n’est pas tant leur vie que nous découvrons – qui aurait pu être réellement agaçante – mais les changements qu’elle connaît alors que l’Enfer s’apprête à s’abattre sur Terre : encore une fois, les producteurs n’avaient pas menti. Bref, la situation évolue rapidement et nous n’aurons pas à attendre la moitié de la saison pour que nos héros aient une première bonne idée de ce qui se passe.

Bad trip ou apocalypse zombie ?

L’idée de confronter Madison (Kim Dickens) et Travis (Cliff Curtis) à l’existence des zombies au travers de Nick s’avère donc un très bon choix. Non seulement car cela rend fortement légitimes leurs doutes quant au récit de sa rencontre avec un zombie (c’est un drogué) mais car cela, par amour pour le garçon, les pousse à enquêter et à aller au-delà de la rumeur. La montée en puissance, jusqu’à un final qui les confronte à la réalité, est ainsi vraiment bien dosée même si nous ne pouvons que regretter le passage (malheureusement) obligé et peu crédible où Travis décide d’aller enquêter dans l’église (personne ne lui a dit que quand on est dans un endroit glauque avec du sang, vaut mieux éviter de gueuler ? Pas besoin d’avoir vu de film de zombies pour savoir ça).
À ce titre, j’ai particulièrement apprécié de voir qu’au départ, même Nick met sa propre santé mentale en doute et ne se contente pas d’être dans la négation quand on lui annonce qu’il perd la boule. Il est également appréciable que le personnage, bien que l’archétype du jeune drogué de base, ne soit en rien caricatural et s’avère même, selon moi, le personnage le plus attachant du lot jusqu’à présent.

fear the walking dead saison 1 épisode 1 pilote

Quand les producteurs jouent avec les téléspectateurs

Dans le monde de The Walking Dead, les zombies n’existent pas, mais dans le nôtre si (enfin dans la fiction, hein). Et cela les producteurs de la série en ont bien conscience et c’est donc sans surprise qu’ils se sont amusés à exploiter le savoir des téléspectateurs. L’épisode contient ainsi bon nombre de passages où, alors que les personnages n’ont aucune idée de ce qui se passe, les téléspectateurs (pour beaucoup des fans de The Walking Dead) savent d’ores et déjà ce qui se trame.
Par exemple, dans la première scène alors que Nick a été renversé, nous ne pouvons qu’apprécier la caméra qui embrasse un nombre important de personnes (plus que nous en ayons vues dans The Walking Dead) et une bonne partie de la ville, alors même que nous savons qu’un zombie se trouve à proximité. Pareil, lorsqu’une musique angoissante se joue lorsque Madison découvre son directeur de dos et qu’il s’avère finalement tout à fait normal, quand le patient à côté de Nick se met à pousser des gémissements proches de ceux des zombies ou encore quand Alicia (Alycia Debnam-Carey) textote à son ami “You better be dead” (“t’as intérêt à être mort“), ce qui est vraisemblablement le cas.

fear the walking dead saison 1 épisode 1 pilote

1 épisode – 3 zombies

Côté zombies, difficile de ne pas être satisfaits. Certes, la présence de seulement trois zombies dans l’épisode pourrait nous inquiéter mais nous craignions tant que la série s’attarde d’abord à nous présenter les héros avant de les plonger dans une situation rapidement changeante, que le résultat est tout à fait convaincant. Nous ne pouvions décemment pas nous attendre à ce que l’apocalypse zombie démarre de plein fouet dès le premier épisode, le dosage nous semble donc jusqu’à présent parfaitement maîtrisé. Il est d’ailleurs appréciable de voir que Greg Nicotero nous a déjà livré un zombie bien répugnant bien qu’encore frais.

En fin de compte, ce premier épisode de Fear The Walking Dead nous a plus que convaincus. Nous restons dans l’univers de The Walking Dead mais une senteur de renouveau savamment distillée pèse sur l’ensemble nous donnant, sans l’ombre d’un doute, envie de voir ce qu’il arrivera à nos héros dans le prochain épisode So close, yet so far.

fear the walking dead saison 1 épisode 1 pilote

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

11 commentaires

  1. Dudule dit :

    Le petit joufflu paranoïaque et Russel m’étaient plutôt sympathiques, avec le junky par moments (j’ai cru voir Maggie au tout début).
    L’ado meilleure que tout le monde (les scénaristes auraient quand même pu nous épargner ce cliché-là, mince), il me tarde de lui voir un zombie au mollet.

    L’enquête je dis bof, d’autant que pour un adulte qui se veut responsable et qui se vautre dans une flaque plutôt douteuse, on s’attend à ce qu’il contacte les autorités. Les zombies n’étant pas les pros du ménage, où sont les restes du repas?

  2. Klice dit :

    “Mais la grosse réussite de Fear The Walking Dead (pour le moment) est d’avoir réussi à ne pas nous ennuyer […]”

    C’est raté pour ma part. J’en suis à 30mn et j’hésite déjà à zapper au hasard pour tomber sur un passage intéressant. Je sais bien qu’il faut présenter les persos et qu’on s’y attache mais ça fonctionne pas.
    On peut très bien les découvrir pendant que ça commence à s’aggraver.

    Je sais pas, ça manque du début de Shaun of the dead. Je sais que la comparaison peut paraître illégitime vu que c’est un film. Cependant, l’idée de suivre brièvement l’histoire des protagonistes en lâchant des petits indices en fond que quelque chose ne tourne pas rond.
    Là ils ont choisi de mettre le zombie dès le départ, c’est une façon de faire. Le seul truc qui m’a fait plaisir, c’est le petit gros qui parle d’événements liés.

    Je suis un peu triste parce que le début d’une apocalypse zombie c’est une des situations que je préfère (le début de the last of us est magnifique, les deux premières heures feraient presque un film) et là ça a pas l’air magique. Je m’en vais finir la dernière demi heure !

    1. Klice dit :

      Effectivement, la première demi-heure (sans compter le début) est à jeter ou à compresser un maximum. Cela valait vraiment pas la peine de faire un épisode de 1h.
      Autrement, à part la musique trop fort ça a l’air cool. Sauf un petit problème à la fin…

      Pour continuer sur le sujet du début d’apocalypse, je trouve la façon dont dawn of the dead a traité le sujet une des meilleures qui soient. On n’en voit pas vraiment assez à mon goût, mais on sent quand même que ça prend du temps, que les gens se posent des questions, etc. Du grand art !

      1. Dudule dit :

        C’est vrai que là je n’ai pas ressenti cet engouement du début qui m’avait beaucoup plu dans la série-mère.
        Les personnages me font davantage l’effet de têtes à claques que de persos attachants auxquels on pourrait s’identifier. J’espère qu’ils vont étendre la série à d’autres personnages et que certains de la petite famille modèle vont vite s’éclipser.

        Tout ça pour dire qu’effectivement, un début d’apocalypse se doit d’être bon pour nous mettre dans le bain, c’est o-bli-gé (même des films bof bof y arrivent avant de se mettre à ramer dans les longueurs).

  3. galette dit :

    après les prémices,j’ai hâte de voir comment les forces armées (surarmées, même) vont se retrouver submergées, j’ai du mal à imaginer une débâcle façon 1940 uniquement face aux morts. vu le teaser du deuxième épisode, les émeutes des vivants risquent d’être une cause majeure (zut, les cons!…), ça va être marrant ! En tout cas, malgré quelques longueurs j’adhère à ce premier épisode et j’envisage de remettre le réveil à sonner dans la nuit de dimanche à lundi.

    1. HELL VICE dit :

      Dans ce genre de cas, c’est plutôt l’absence de forces armées qui provoque la chute de la civilisation, les policiers ainsi que les soldats préférant déserter pour aller protéger leur famille plutôt que de rester en formation bien docilement à défendre un quartier de bourgeois.

      1. galette dit :

        En effet, y’a eu de la défection, à voir dans quelles proportions et dans quel laps de temps.

      2. Squeletor dit :

        C’était d’ailleurs pas mal le passage dans l’épisode 2 où un policier remplit sa voiture de stock d’eau. A mon avis, lui il va partir AWOL et ne sera pas le seul.

  4. galette dit :

    c’est à lui que je pensais. ici,dans la série craindre les marcheurs morts, on aurait eu des gendarmes au v’n’b.

    1. Squeletor dit :

      Le showrunner a confirmé ça :

      “And so in that scene that you’re referring to, it’s a small scene, but the idea is that police officer is aware of what’s coming and he’s seen something unnatural and he doesn’t know how to process it, and all he does know is he has to take care of his own.

      And so the suggestion is, with this wave coming down upon us, that there are certain people who are going to do their jobs and there are some that are going to actually regress into their own and take care of their families, their neighborhoods, and that’s an example of that.”

      http://www.ew.com/article/2015/08/30/fear-walking-dead-showrunner-dave-erickson-so-close-yet-so-far

  5. Alexia dit :

    Mieux vaut tard que jamais j’ai vu le premier épisode. Je dois dire que j’ai bien apprécié.
    Le fait que le premier zombie qu’on voit soit vu par un junky est plutôt bien trouvé car qui peut croire un drogué sachant que même lui doute de ce qu’il a vu. De plus, le fait de voir qu’à l’école, les élèves viennent de moins en moins, on se dit qu’il y a un virus mais pas ce genre de virus.
    Je ne regrette pas de ne voir que peu de zombies, au contraire, ça fait monter la sauce. La scène avec Nick fait flipper, il se prend une balle mais se relève, il se fait renverser une première fois, il se relève, une seconde fois, il bouge toujours, enfin, la tête car on peut remarquer que son bras n’est plus dans le bon sens. La on se dit, c’est quoi ce délire.
    Le truc que j’ai trouvé un peu stupide c’est quand Travis va dans l’église en pleine nuit. Son beau fils lui dit qu’une personne mange une autre et que c’est un repaire de drogués, il y va tranquille la nuit et seul.
    Sinon hâte de voir la suite pour voir ce que ça va donner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *