Critique de Ex-Patriots (Ex-Heroes Tome 2)

Ex-Patriots

Comme nous vous l’avions annoncé il y a un peu plus d’une semaine, Panini Books nous gâte une fois de plus en littérature zombie avec aujourd’hui la sortie du deuxième tome de la saga Ex-Heroes écrite par Peter Clines. Ce deuxième roman intitulé Ex-Patriots est le second volume d’une pentalogie qui se terminera en début d’année prochaine aux États-Unis.

Dans ma critique du premier roman, je vous avais expliqué à quel point ce mélange entre super-héros et zombies était fait pour me plaire. Et, bien qu’ayant été un peu déçu par le style de l’auteur, j’étais sorti plutôt ravi de cette lecture. J’attendais donc l’auteur au tournant pour ce second tome. A-t-il corrigé les imperfections du premier livre ?

“Deux années se sont écoulées depuis que les morts-vivants ont décimé l’humanité. Deux années que les Super-héros ont rassemblé les survivants dans leur forteresse de Los Angeles. Mais les vivres commencent à manquer, les morts-vivants à se rapprocher… et les héros se demandent combien de temps ils pourront encore tenir.

Pourtant, l’arrivée d’un bataillon de l’armée leur apporte un peu d’espoir. En effet, les membres du Projet Krypton ont survécu car se sont des Supers-soldats, créés par l’armée pour être plus forts, plus rapides et plus intelligents que les humains. Et leur base sécurisée en Arizona pourrait être un nouveau refuge pour les héros et leurs protégés…”

Ex-patriots CerberusDès les premières pages, nous replongeons dans l’ambiance post-apocalyptique de la fin du premier opus. Un Los-Angeles dévasté où ce qu’il reste de la race humaine s’est barricadé afin d’échapper aux millions de zombies (qui sont appelés “Exs” pour ex-humains, rappelon-le). Ce territoire préservé est maintenu hors de danger par nos héros qui ont de plus en plus de mal à subvenir aux besoins des 24000 survivants. Il faut dire qu’à la fin du dernier roman, suite à la grande guerre contre les Seventeens, le nombre de héros avait sérieusement diminué ; aussi la protection et la gestion de la population s’en fait ressentir. Les tensions qui en résultent ne laissent rien présager de bon pour la stabilité du havre humain et rajoutent une épaisseur à l’atmosphère du livre.

Nous retrouvons cependant avec plaisir nos héros : Mighty Dragon, Zzzap, Stealth et Cerberus. Leurs pouvoirs sont d’ailleurs mieux exploités et leurs limites mieux expliqués ce qui nous permet de mieux comprendre pourquoi ils ne filent pas une raclée aux zombies du monde entier. L’auteur insuffle également à chacun des personnages une personnalité propre, parfois amusante, parfois intrigante qui rend les interactions entre les personnages plus crédibles. Mais nos super-héros ne seraient rien sans de super-vilains. Heureusement l’auteur nous réserve quelques belles surprises avec le retour d’un ennemi juré, un scientifique fou, un super-méchant vicieux et des militaires sur-vitaminés. Un beau programme n’est-ce-pas ?

En tous cas, Peter Clines orchestre les confrontations de tout ce beau monde avec brio et parvient même à éluder ce qui pourrait passer pour des failles scénaristiques grâce à des coups de théâtre bien ficelés. Par exemple, le zèle inapproprié des militaires qui n’est que manigances d’un autre personnage.

ex-patriotsGlobalement l’ambiance est également bien meilleure que celle du premier roman, certainement grâce au style d’écriture direct et visuel de l’auteur mais aussi à l’accumulation de références cinématographiques de la culture zombie ou de la culture ciné en général. En fait, l’auteur est tant imprégné par cette culture ciné que cela se ressent dans son écriture qui fait la part belle aux descriptions des scènes d’action et donne un aspect un peu caricatural à ses personnages. Certes, ces descriptions sont parfois trop détaillées et deviennent quelque peu lassantes mais il y a une réelle amélioration par rapport à Ex-Heroes où elles gâchaient légèrement le plaisir de lecture. Cette débauche de descriptions est d’ailleurs surtout inhérente à l’un des personnage, Stealh, qui exécute des mouvements à la Trinity dans Matrix, ce qui, avouons-le, aurait été difficile à décrire en quelques mots.

Enfin, comme dans le précédent roman, le petit truc qui enrichit considérablement le récit est la présence de nombreux flashbacks qui jalonnent le roman. Ils ajoutent en effet de la profondeur aux personnages et aux situations. De plus, ces flashbacks sont nettement mieux cadencés et dosés dans leur longueur que lors du premier roman et le lecteur finit forcément pas s’y retrouver et apprécier.

Pour conclure, même si certain combats souffrent encore d’une trop forte accumulation de détails, l’auteur s’est considérablement amélioré par rapport au premier roman. Pour le reste, l’histoire et l’action sont bien menés, les relations humaines bien rendues, l’ambiance très bonne et je suis persuadé que l’adaptation cinématographique de cette saga serait un succès tant elle est visuellement prenante.
Si vous appréciez un tant soit peu les super-héros, le fantastique et les zombies, vous aimerez Ex-Patriots de Peter Clines, j’ai personnellement adoré sa lecture et j’ai hâte de pouvoir dévorer le troisième tome.

Ex-heroes Mighty Dragon

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

  1. Deadmiaouuu dit :

    Merci pour cette critique ça donne envie d’essaer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *