Z Nation 210 “We were nowhere near the Grand Canyon”, ce que nous en avons pensé

znationban

Après leurs amusantes péripéties du côté de Roswell, nos héros ont continué à pousser vers l’ouest hier soir sur Syfy aux États-Unis dans We were nowhere near the Grand Canyon, le dixième épisode de la saison 2 de Z Nation. Plus proches que jamais de leur destination finale – un labo du CDC en Californie – ils se sont ainsi frottés cette semaine à une tribu de natifs américains divisée et à une méga-horde de zombies. Pour quel résultat ?

[Attention , la suite contient des spoilers]

zn210

Tout d’abord, je dois dire que cet épisode avait une saveur toute particulière après les événements d’hier. Je pense que nous sommes tous marqués par ce qui s’est passé et j’ai longuement hésité avant de le regarder. Mais après tout, Z Nation était un bon candidat pour essayer de me faire sortir, ne serait-ce que provisoirement, de mon marasme. Eh bien non.

Il faut dire que l’épisode, dont les premières scènes sont celles d’une explosion et d’une fusillade, débutait forcément assez mal mais la suite n’aura pas été en reste en matière de déception. Avec Down the Mississippi ou RoZwell, Z Nation nous avait récemment offert de bonnes grosses doses de fun. Malheureusement, avec ce We were nowhere near the Grand Canyon, toute trace d’amusement a disparu (marasme ou non…).

zn210zombie

J’ai personnellement eu le sentiment que, faute d’avoir su faire le tri dans leurs idées, les scénaristes nous avaient offert un amalgame assez peu inspiré et d’un bien bas niveau pour une saison 2 jusque-là très satisfaisante. Toute l’intrigue qui concerne le clan d’indiens divisé est complètement inutile : ils n’apportent rien à l’action, les personnages secondaires sont vides et les dialogues n’ont rien d’amusant. Leur seul apport se résume finalement à voir Doc essayer un nouveau type de drogue. Malheureusement, sous l’emprise de cette drogue, Doc ne nous offre absolument rien de drôle. Les passages où Doc hallucine sont d’ailleurs d’un point de vue de la réalisation et du montage particulièrement mauvais…

Nous aurions alors pu croire que la présence d’une méga-horde de zombies allait rendre l’épisode un peu plus trépidant mais une fois encore, c’est un véritable raté. À aucun moment elle ne représente un véritable danger pour nos héros et elle est bien trop facilement vaincue comme une bande de lemmings trépanés. Pour le coup, j’aurais davantage apprécié que la gestion de cette horde soit un peu plus posée à l’image de ce que nous avons pu voir au début de la saison 6 de The Walking Dead. Au final, nous ne retiendrons que les images des dizaines de zombies se jetant de la falaise mais cela fait bien peu pour un épisode entier.

zn210lemmings

Le retour de Citizen Z est cependant assez appréciable, tant nous craignions que le personnage ait été oublié, mais encore une fois les scènes le concernant ne sont guère trépidantes.

En fin de compte, avec We were nowhere near the Grand Canyon, Z Nation aura botté en touche sur pas mal de points faisant habituellement l’intérêt de la série. Avec un humour presque absent, une intrigue non-aboutie et de bonnes idées gâchées, il fait partie des épisodes à rapidement oublier. Allez, on oublie. Au suivant.

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

7 commentaires

  1. fred666 dit :

    c etait pas si mauvais que ca rien que pour l indienne qui etait superbe hehehehehehe !!!

  2. dana hilliot dit :

    D’accord avec toi Squeletor. Les scénaristes de Z Nation brillent dans la satire et la parodie. Mais au sujet des “natives”, aux États-Unis, la culpabilité collective (au moins chez les démocrates) est encore très présente. On ne rigole pas avec les Native. Du coup, on sent les scénaristes coincés aux entournures. J’espère qu’une fois arrivé en Californie, ils tomberont sur un camp de hippies déjantés. Là, on devrait s’amuser un peu plus.

    1. Squeletor dit :

      Et s’ils nous pondent une foreuse à Hippies comme dans South Park, alors là j’achète tout de suite !

      1. dana hilliot dit :

        Miaaaamm – faut qu’on t’embauche comme scénariste chez SyFy

  3. hank dit :

    Je sais qu’habituellement nous sommes d’accord, Squeletor, mais c’est bien aussi quand nous ne le sommes pas. Et je sais que malgré ton avis justifié, justifiable et qui t’appartient bien, tu acceptes volontiers d’être en désaccord avec d’autres. C’est d’ailleurs pour ça que My Zombie Culture est si cher à mon cœur. Bref, j’en viens à te proposer ma critique très personnelle de cet épisode.

    Tout d’abord, je dois dire que si je n’ai pas commenté l’épisode Rozwell de la semaine dernière, c’est parce que je l’ai tout simplement détesté et que je ne voulais pas juste écrire : “sans commentaire”.

    En ce qui concerne cet épisode, je l’ai vraiment vraiment adoré. Pas aussi drôle que d’autres certes, mais j’ai trouvé cela bien de revenir sur des bases que je connais et que j’aime : la horde de zombie (tout comme j’avais bien kiffé le zunami ou la tornade épique).

    1) J’ai retrouvé mon citoyen Z que j’aime beaucoup (et son chien de surcroit) et ça c’est une vrai bonne chose. J’espère vraiment que le groupe se trouvera sur sa route à un moment donné. Et j’ai particulièrement aimé la scène où il apprend à se servir de son bazooka (j’aurais rechargé la batterie au même endroit) :)

    2) Doc et 10K refont équipe comme en 40 et pour notre plus grand plaisir 😀 De plus, quand Doc sort de son corps comme ça lui était déjà arrivé, on va vraiment croire qu’il a des pouvoir magique.

    3) J’ai aussi aimé revenir aux “racines” des Etats Unis en nous offrant quelques personnages natifs américains. Je les ai bien apprécié même s’ils n’ont eu droit qu’au second plan de l’intrigue.

    4) Le choix de Murphy évoqué par Warren. J’attends de voir la suite et de voir l’évolution de Murphy, j’ai hâte !

    5) Addy a enfin une vraie utilité (à part zigouiller des zombies). C’est elle qui s’occupe de tout ce qui est électronique. Elle est le seul lien avec le citoyen Z.

    6) Tous les Z qui tombent de la falaise, c’était juste jouissif à mon sens 😀

    Mon seul et unique bémol : Vasquez n’a aucune utilité à part être beau et fermer sa bouche. Dommage, j’aime beaucoup Matt Cedeno.

    En bref, un très bon épisode, bien à mon goût :) J’ai hâte de voir le prochain et de découvrir ta critique.

    Bonne soirée 😉

    1. Squeletor dit :

      En fait, on est assez d’accord sur les différents ingrédients qui étaient présents dans cet épisode, j’ai juste trouvé que la mayonnaise ne prenait à aucun moment. En fait ma plus grosse déception a été de voir Doc et 10k à nouveau en avant et de ne pas en tirer un seul rire.

      Pour la horde de zombies qui tombe, ouais c’était top !

    2. icare dit :

      Comme vous hank je n’avais pas vraiment accroché avec le précédent épisode (en dépit de son originalité) et je m’étais abstenu de commenter. Ici, on retrouve le lien avec citizen Z (et une utilité à Addy) et même si le personnage ne me passionne pas cela permet de redonner de la cohérence à l’ensemble.
      Je regrette qu’on nous ressorte une horde (sujet déjà traité) mais bon étant donné le contexte l’idée de faire le lien avec les bisons est plutôt astucieuse. De ce point de vue le zombie serait en quelque sorte l’incarnation spirituelle d’une revanche d’un peuple à travers un symbole disparu de sa culture originelle. Au final les amérindiens semblent renoncer à l’accomplissement total de cette revanche en s’alliant avec nos Buffalo Bill contemporains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *