Critique du film Pandemic

pandemic 2016

Il n’aura pas fallu longtemps à la pandémie zombie du film Pandemic pour atteindre l’Europe puisque, seulement quelques semaines après sa sorties aux États-Unis, le film débarque aujourd’hui en France en Blu-ray, DVD et VOD. Alors qu’il nous faut parfois attendre de longs mois avant de profiter à notre tour des sorties américaines, ce cinquième long-métrage de John Suits aura donc rapidement su séduire un distributeur français. Son choix de nous proposer une histoire presque intégralement tournée via la caméra embarquée de l’héroïne n’y est certainement pas pour rien, mais le résultat est-il à la hauteur de la très bonne bande-annonce que nous avions découverte en février dernier ?

“Dans un futur proche, un virus aux proportions phénoménales a ravagé la Terre. Il y a plus d’infectés que de personnes saines et l’Humanité est en train de perdre la guerre de la survie. Son seul espoir est de trouver un vaccin et de mettre les infectés en quarantaine. Lauren est un médecin qui, après la chute de New York, se rend à Los Angeles pour diriger une équipe chargée de sauver des survivants non-infectés.”

pandemic 2016

Depuis le premier opus de la saga [REC], il n’est pas rare de découvrir de nouveaux films de zombies en vue subjective. Pourtant, rares sont ceux qui ont de quoi convaincre, la faute à un côté cheap bien trop flagrant, à des acteurs souvent peu convaincants et à des scénarios sans intérêt. Pandemic saute cependant rapidement dans le haut du panier.
Rarement depuis le film de Jaume Balagueró et Paco Plaza, je n’avais autant apprécié de découvrir un film tourné de la sorte. Pour une fois, grâce à une ambiance particulièrement soignée et sombre, des décors de qualité et surtout de superbes chorégraphies d’affrontements, je me suis réellement cru dans un jeu vidéo. La première rencontre de nos héros avec des hordes d’infectés, alors qu’ils pénètrent dans la zone de quarantaine, est ainsi particulièrement intense et le film parvient à instaurer une vraie tension. Les infectés sont partout, nombreux, violents et, comme nos héros, on a l’impression que chaque seconde va être la dernière. Même si vers la fin du film une certaine lassitude commence à s’installer, l’ensemble des scènes d’action sont vraiment convaincantes et John Suits a réellement su tirer le meilleur de cette manière de filmer en proposant des scènes vraiment immersives pour le spectateur. J’ai d’ailleurs particulièrement aimé le fait que nous ne sachions jamais réellement à quel moment nos héros ont affaire à de vrais infectés ou à de simples survivants prêts à tout, car se sachant condamnés.

pandemic 2016

Malheureusement, là où Pandemic est une réussite en terme d’ambiance et de tension, le film pèche cruellement par un scénario sans grande ambition et vraiment trop classique. Toutes les révélations de l’héroïne (Rachel Nichols) sont attendues, les choix des héros prévisibles et le final vraiment déjà-vu trop de fois. Toutefois, les qualités des acteurs du casting dont notamment Alfie Allen (Theon Greyjoy dans GoT), nous permettent d’accrocher sans mal à cette histoire banale mais rythmée par de nombreuses scènes d’action qui rendent l’originalité du scénario moins nécessaire. Il reste malgré tout des effets numériques parfois lamentables qui donnent un côté un peu trop cheap au film, ce qu’il ne mérite pas.

Pour un long-métrage recourant à une manière de filmer assez éculée et n’ayant que rarement donné du bon dans le genre zombie, Pandemic s’avère donc une bonne surprise mais qui ne restera pas dans les annales, la faute à un scénario trop bateau. Un bon film pop-corn à regarder dans le noir.

pandemic 2016

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

À propos de l'auteur

Rédacteur en chef de My Zombie Culture. Passionné de tondeuses à gazon mais surtout de Zombies depuis BrainDead et prêt à voir les plus sombres navets cinématographiques pour peu qu'il y ait du mort-vivant à découper. (Site web)

4 commentaires

  1. Cherycok dit :

    Perso, j’avais trouvé ça franchement très moyen. Le casting est quelconque, les personnages également à tel point qu’on ne s’attache jamais à eux, et leur choix de filmer en POV a bien des failles. J’en avais fait une critique y’a quelques semaines sur mon site : http://www.darksidereviews.com/film-pandemic-de-john-suits-2016/

  2. Waneugaine dit :

    Je suis d’accord avec Cherycok, et très surpris que ce film ai plu à Squeletor.
    Des choix lamentables des persos, des bonnes idées comme par exemple : tiens je suis complètement nulle en bagarre et en survie mais je suis une fausse médecin, alors je vais visiter seule une partie du lycée que l’on soupçonne d’être bourré d’infectés.
    Des attaques d’infectés bien trop faciles à mon gout, on fait tout pour que les héros s’en sortent, on pète des vitres mais on passe pas par là…
    Bref je pourrais continuer mais j’ai perdu mon temps avec ce film.

  3. stylvain dit :

    Je l’ai trouvé pas mal.
    Le gros point négatif est l’explication au début sur les différentes phases de l’infection et ce que “recherchent” chaque phase (que les phase 3 s’attaquent aux autres et peuvent même utiliser des stratagèmes ou ce sont les phases 2 ?) Bref j’ai pas tout compris sur la progression de l’infection, j’ai la flegme mais je suis quasiment sûr qu’il y a incohérence entre le debut et la suite du film.
    Le point positif est le thème qui est quand même intéressant car on est au tout début de l’apocalypse (33 jours) donc début de recherche de nourriture, début de guerre entre bande, debut d’organisation de sauvetage par le CDC, encore des sauvetages miraculeux mais plausibles (la fille chez sa mère), pas réellement encore de zombies mais plutôt d’infectes. Et en effet, comme le dit la critique, on ne sait pas trop qui les attaquent. Certaines scènes sont aussi particulièrement réussies.
    Donc film sympatoche mais à voir si vous n’avez rien d’autre.

  4. HELL VICE dit :

    J’ai vraiment apprécié ce film, et je suis de l’avis de squeletor: Des le début, le film saute dans le haut du panier, clairement.
    Par rapport à d’innombrables film zombies indé, ce n’est pas un huit clos et les décors sont incroyablement variés et soignés.
    Secundo, la vue subjective est ici incroyablement bien utilisée et instaure un climat de tension appréciable, chose que peu de réalisateurs ont réussi à obtenir( “Re-Kill” est un parfait contre exemple).
    Les acteurs et figurants sont impliqués et leur performance est honnête.

    Une suite serait intéressante, mais seulement si John Suits est aux manettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *