Critique de Crossed Terres Maudites Tome 8

Crossed Terres Maudites

Les critiques de Crossed sont presque devenues des rendez-vous sur My Zombie Culture tant les sorties sont nombreuses du côté de chez Panini Comics. Après un tome 7 que nous avions jugé un peu moyen malgré quelques bonnes idées, c’est donc au tour du tome 8 de Crossed Terres Maudites de passer sous notre plume implacable afin de vous aider à décider si cet album est fait pour vous ou s’il vous faudrait mieux garder vos précieux sous pour un autre tome plus alléchant.

Ce tome 8 nous permet de retrouver des habitués de la série avec Simon Spurrier, Rafael Ortiz et Georges Duarte, mais aussi du sang neuf avec Justin Jordan. Il se découpe en deux histoires : celle de Spurrier qui suit un jeune garçon grassouillet et asthmatique perché en haut d’une tour essayant d’échapper aux marqués ; et celle de Jordan qui met en scène deux femmes essayant d’échapper à des marqués les traquant pour des raisons bien spécifiques.

crossed terres maudites tome 8S’il y a quelque chose qui me surprend toujours lorsque j’entame la lecture d’un tome de Crossed, c’est le peu de risques et/ou le peu d’inventivité dont font parfois preuve certains auteurs. Dans un univers aussi déjanté que celui de Crossed, il y a tellement de pistes à explorer que chaque page de cette BD devrait refléter cette liberté et ce degré de folie complètement malsaine qui anime les marqués. Pourtant, nous avons bien souvent le droit à une histoire convenue, sans intérêt, bourrée de clichés et foncièrement racoleuse. C’est clairement le cas de l’histoire de Justin Jordan qui se paie le luxe d’être la plus longue des deux histoires par-dessus le marché. Un calvaire !

Nouveau venu chez Crossed, Jordan réussit la performance de servir une histoire qui sent le réchauffé avec des personnages sans relief. À aucun moment, je n’ai ressenti la moindre émotion si ce n’est un profond ennui au fur et à mesure que l’histoire progressait. J’en venais juste à espérer que les deux demoiselles se fassent rattraper par les marqués pour qu’on en finisse enfin !

crossed-59-badlandsCe n’est pas non plus le dessin ou la coloration qui viennent sauver l’histoire du naufrage. Avec un dessin approximatif et des couleurs franchement moches, c’est aussi un supplice pour les yeux ! La moitié de ce tome 8 ressemble en fait plus à une BD médiocre telle que l’on peut en trouver sur certains blogs amateurs, qu’à une BD éditée.

Heureusement, l’histoire de Spurrier sauve ce tome 8 du désastre. Du haut de sa tour, les réflexions et surtout l’imagination du garçon asthmatique sont une véritable bouffée d’oxygène dans ce tome, et peut-être même dans une série qui parfois donne l’impression de s’essouffler. Spurrier se paie même le luxe de prendre des libertés en proposant des pages de textes à lire façon roman et ce pour notre plus grand plaisir, mais je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise si vous êtes assez courageux pour vous procurer ce tome 8. Mais est-ce que cette courte histoire vaut le coup de se procurer le tome 8 tant le reste est mauvais ? Pas sûr, et c’est bien dommage !

Finalement, vous l’aurez compris, nous ne recommandons pas ce tome 8 tant la qualité est absente de la majorité de ses pages. Justin Jordan fait une entrée fracassante dans l’univers de Crossed Terres Maudites en nous servant la plus mauvaise (et la plus moche) histoire qu’il nous avait été donné de lire dernièrement. Si vraiment vous êtes fans de Crossed, Spurrier vous offrira quelques bons moments à vous mettre sous la dent, les autres : faites l’impasse et attendez un meilleur tome !

crossed-61-badlands

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

  1. Alexia dit :

    J’ai du attendre d’aller dans ma boutique de BD préférée à Saint Junien pour me prendre ce tome 8.
    J’ai bien aimé la deuxième histoire, avec ce garçons qui raconte et nous fait un petit portrait des personnes. J’adore la vieille, même si elle en prend plein la tronche.
    La première je m’attendais à mieux. De plus, le plus cinglé c’est le non contaminé. Cette façon de faire, trop bizarre. Je suis rassurée de voir que niveau dessin, je ne suis pas la seule à être déçue. Même un moment, un personnage a de la barbe et sur un autre, il en a plus et de nouveau, il en a.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *