Le jeu City of Rott: Streets of Rott sur Steam en février prochain

city of rott streets of rott

Cela fait maintenant plus de 10 ans que le film d’animation City of Rott de Frank Sudol a vu le jour. Depuis, l’artiste a multiplié les projets – une suite sortie à l’automne 2014 qui avait même remplacé une potentielle série animée City of Rott – pour finalement se pencher sur un autre support : celui du jeu vidéo.

city of rott afficheC’est ainsi que le jeu City of Rott: Streets of Rott sera disponible sur Steam le 14 février prochain pour 2$99 après son succès sur Steam Greenlight en septembre 2016 et ses débuts en octobre 2015.

Dans un style jeu d’arcade et notamment inspiré de Streets of Rage, City of Rott: Streets of Rott proposera aux joueurs d’incarner parmi trois personnage dont Fred, le vieillard et son déambulateur du premier film, avec comme objectif de débarrasser la ville des hordes de zombies qui l’ont envahie. Composé de 8 niveaux avec un boss final, le jeu combinera donc le côté rétro des jeux d’arcade, le graphisme très particulier des œuvres de Sudol et pas mal de combinaisons d’attaques et d’ennemis. Le jeu comprendra également un mode co-op avec trois autres personnages jouables. Disponible le 14 février sur Steam.

Parallèlement, Frank Sudol travaille néanmoins sur City of Rott: Otherworld, le troisième film de sa saga dont il avait annoncé la pré-production en 2014. Depuis le projet a semble-t-il bien avancé et l’artiste espère le terminer cette année pour une sortie annoncée fin 2017 / début 2018.

“Un vieil homme nommé Fred, se remettant peu à peu de sa folie, accompagné de son déambulateur, entre contre son gré dans l’Otherworld, une version parallèle de City of Rott envahie de morts-vivants contagieux et dirigée par une créature encore plus sinistre : le Stalker. Fred doit à tout prix éviter cette chose qui transforme ses victimes en zombies.”

En attendant d’en découvrir plus sur le film, découvrez la bande-annonce du jeu :

Source : City of Rott (via Dread Central)

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *