Vous l’avez voulu ! Le choix des lecteurs N°16 : Horribilis

horribilis limace

Après notre excursion en territoire connu avec le remake de La nuit des morts-vivants de Tom Savini, nous partons cette semaine, sur une suggestion de Jean-Yves T. sur Facebook, du côté d’une co-production américano-canadienne connue sous le nom d’Horribilis en France. Sorti en 2006, ce film était le premier long-métrage réalisé par un certain James Gunn qui avait notamment signé le scénario de L’armée des morts en 2004 et qui, depuis, a pris du galon puisqu’il vient de réaliser et d’écrire Les Gardiens de la Galaxie.

Pour tout vous dire, j’avais déjà vu le film il y a quelques années et pensais m’en souvenir plutôt bien. C’est donc avec peu d’entrain que je me suis attelé à la tâche de le visionner de nouveau pour vous proposer une critique en bonne et due forme.

horribilis michael rooker

Dans une petite ville des États-Unis, Grant, un mari quelque peu rejeté par sa femme, se fait piquer par une étrange créature extraterrestre alors qu’il erre, ivre, dans les bois. Très vite, il commence à changer. Son corps se transforme peu à peu et un appétit énorme pour la viande l’envahit. D’abord inquiété, sa femme, accompagnée du shérif local, comprend très vite que les choses sont plus graves qu’elle ne le croyait. Mais il est déjà trop tard, Grant a commencé à infecter les habitants de la ville.

horribilis zombie

La première chose qui m’a agréablement surpris en revoyant le film est de découvrir Michael Rooker dans le rôle de Grant. Il faut dire que lorsque je l’avais vu la première fois, l’acteur n’avait pas encore marqué les esprits dans son rôle de Merle, le frère de Daryl, dans la série The Walking Dead. C’est donc avec énormément de plaisir que je l’ai retrouvé dans le rôle du mari contaminé. La première demi-heure du film se concentre ainsi sur son personnage alors que celui-ci se transforme peu à peu en une sorte d’énorme poulpe sur pattes. Son jeu est absolument parfait et il réussit à créer une ambiance oppressante, sa femme n’ayant, au départ, pas conscience de sa transformation.

horribilis pondeuse

Mais très vite, ce côté horrifique, presque home invasion, laisse place à ce qui s’apparente davantage à un film de monstres des plus classiques. C’est alors que commencent à entrer en jeu les passages gores et les idées assez folles comme l’énorme femme pondeuse. Le personnage du shérif (Nathan Fillion, l’acteur incarnant Castle), évidemment secrètement amoureux de Starla (Elizabeth Banks, Effie dans The Hunger Games), la femme de Grant, commence alors à prendre davantage d’importance alors qu’ils cherchent à capturer Grant qui massacre les animaux des fermes voisines. Lors de cette traque, nous assistons alors à quelques mises à mort tellement réussies que nous en venons à regretter que le scénario ne se lâche pas plus et reste finalement très (peut-être trop) contrôlé. Il faut toutefois reconnaître que les effets spéciaux, bien que datant déjà de 8 ans, ce qui est une longue période en la matière, restent particulièrement réussis à l’image de la transformation progressive de Grant qui est réellement sublime.

horribilis tentacules

Pour nous, amateurs de zombies, il faut néanmoins attendre le dernier tiers pour que des zombies, plus précisément des contaminés partageant la même conscience que Grant, apparaissent. Avec leur petit côté, Les Profanateurs de SépultureThe CraziesI drink your Blood, ceux-ci sont assez inquiétants et troublants mais une fois encore, j’ai personnellement regretté que le film ne parte jamais réellement en live. Avec de tels infectés et de tels effets, Horribilis aurait réellement pu aller plus loin sans tomber dans le grand-guignolesque. Cela aurait certainement apporté un peu de punch à l’ensemble, notamment à la dernière partie qui, bien que contenant les zombies, est finalement trop vite expédiée.

horribilis zombies

Horribilis ne trouvera donc peut-être pas un écho énorme chez tous les fans de films de zombies – les vrais – mais pour un long métrage mélangeant limaces inter-galactiques, monstre tentaculaire et infectés psychotiques, il s’en tire avec les honneurs. Un bon divertissement le temps d’une soirée, si possible entre potes.

horribilis baignoire

Et pour la semaine prochaine, vous proposez quoi ? Lâchez-vous en commentaires !

Vous avez vu Horribilis ? Alors n’oubliez pas de l’ajouter à votre collection zombie et de le noter !

9 commentaires

  1. xvid974 dit :

    Bon petit film. Pour la prochaine, je propose un film kitch et très peu connu : Neon maniacs.

  2. benjamin dit :

    D’ailleurs les limaces inter-galactiques font un petit caméo chez le collectionneur dans les Gardiens de la Galaxie.

    1. Squeletor dit :

      Ah sympa ! Merci pour l’info ! Si jamais tu trouves la scène, je veux bien voir ça.

      1. benjamin dit :

        C’est quand ils sont chez le collectionneur ils sont dans un aquarium.
        voici le liens des easter egg du film dont les sangsues :
        http://lestoilesheroiques.fr/2014/08/les-gardiens-de-la-galaxie-references-cachees-clins-doeil-cameos-et-autres-easter-eggs-expliques.html

  3. Jetjet dit :

    Y a Junk qui est sympathique en film de zomblard nippon (sans être aussi bon que Bio Zombie) sinon je continue de proposer le cultissime DOGHOUSE !

  4. Jetjet dit :

    sinon je vois qu’on parle pas du méconnu mais excellent State of Emergency

      1. Jetjet dit :

        Oups ! Désolé mais merci !

  5. heisenbergg dit :

    evil dead 2 la prochaine fois!!!

Répondre à benjamin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.