Fear The Walking Dead 306 : Red Dirt, ce que nous en avons pensé

fearbann

Dans l’univers The Walking Dead, tout le monde le sait : la plus grande menace pour les survivants n’est pas forcément celle des zombies, mais bien celle représentée par l’autre. Or, après l’introduction la semaine passée de la menace incarnée par Walker et ses hommes, un groupe de natifs américains qui aimeraient bien profiter de l’apocalypse zombie pour récupérer leurs terres, c’est bien sur ce point que Red Dirt, l’épisode 6 de la saison 3 de Fear The Walking Dead a décidé de jouer.

[Attention la suite contient des spoilers]

Pas de prison à capturer au char d’assaut et de papy unijambiste à décapiter dans cet épisode, mais une menace invisible qui aura eu tôt fait de faire monter la tension et le doute au sein du ranch des Ottoh. Or, c’est justement en jetant davantage d’incertitude dans son intrigue et en complexifiant (sans alourdir) les relations entre ses personnages que Fear The Walking Dead a su gagner en qualité cette saison. Les réactions face aux intimidations de Walker et de ses hommes sont ainsi assez diverses et toutes offrent à la situation un caractère incontrôlable qui n’est pas sans faire du bien à l’intrigue.

À ce titre, si j’ai beaucoup aimé le côté humain de Jeremiah qui finit par accepter le choix de Vernon de partir avec sa famille et reconnaît ainsi son incapacité à tout contrôler, le grand point fort de cet épisode réside, comme celui de la semaine précédente, dans le duo Madison/Troy. Car, alors que d’un côté Jake et Alicia, particulièrement ennuyeux cet épisode, s’apprêtent à jouer aux héros, annonçant ici le recourt à de grosses ficelles scénaristiques dans les futurs épisodes, Troy et Madison de par leur relation ambigüe continuent à nous faire douter sur leurs réelles intentions. Car, alors que Madison semble prête à couvrir les actes de Troy pour ramener l’ordre, est-elle celle qui manipule Troy ou le jeune homme voit-il clair dans son jeu ? Pas évident de trancher et c’est ce qui fait tout l’intérêt de leur duo et j’ai assez hâte de voir ce que le final de mi-saison nous proposera la semaine prochaine.

Malgré cela, je regrette tout de même que cet épisode, même s’il ne se limite pas qu’à du remplissage, ait un peut-être trop forcé la dose en matière de renforcement des liens entre les Clark et les Ottoh. En effet, si le duo Madison/Troy fonctionne parfaitement, on ne peut pas en dire autant de Nick/Jeremiah et d’Alicia/Jake qui nous auront offert quelques scènes assez molles et pas forcément essentielles. J’aurais personnellement préféré que celles-ci soient remplacées par quelques scènes nous donnant des nouvelles du barrage, de Daniel ou de Strand, mais gageons que tout cela, ainsi que le retour pressenti d’Ofelia (du côté de Walker ?) nous est réservé pour le final de mi-saison en deux épisodes de la semaine prochaine.

Pour terminer, espérons également que la menace Walker ne viendra pas complètement effacer celle des zombies, les grands absents tout de même de ces derniers épisodes…

En fin de compte, Red Dirt a beau s’avérer, pour moi, pour le moment, le moins bon épisode de cette saison 3 de Fear The Walking Dead, il reste tout de même au-dessus de la très grande majorité de ceux de la saison 2 et continue à développer une intrigue qui pourrait fort bien finir par nous réconcilier avec la série jumelle de The Walking Dead.

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

11 commentaires

  1. Rickrack dit :

    Moi j’ai beaucoup aimé cet épisode qui, malgré certaines longueurs que tu as soulignées notamment avec Jake et Alicia, continue plus que jamais à brouiller les frontières du bien et du mal et à faire basculer nos héros du côté obscur, si bien qu’on est en droit de se demander si les Indiens ne sont pas les gentils de l’histoire et les Clarke et les Otto les salauds (la réponse est probablement oui). Là où The Walking Dead est à vomir de manichéisme (le gentil Rick et sa bande de joyeux lurons contre le méchant Gouverneur et les méchants cannibales et le méchant Negan !) qui n’a pas sa place dans un monde post-apocalyptique comme celui-ci, les choix de Madison sont de plus en plus moralement discutables et c’est très intéressant. D’ailleurs, je ne m’attendais absolument pas à ce que Nick soutienne sa mère à la fin, ça pour le coup c’est un vrai coup de théâtre pour moi, car ça ne correspond pas à l’idée que je me faisais du personnage. À voir donc s’il va évoluer dans ce sens par la suite.

    Par contre une petite chose m’a fait tiquer dans ta critique Squel, quand tu dis “Car Troy est-il finalement coupable du meurtre de Vernon et de sa famille et Madison en a-t-elle profité pour mettre tout cela sur le dos de Walker ?” Ben oui, déjà les preuves de Nick vont dans ce sens, et en plus Troy l’avoue lui-même à Madison. Là pour le coup, le doute n’est pas permis, je ne vois vraiment pas quel but il aurait cherché à atteindre en avouant ce meurtre s’il ne l’avait pas commis.

    1. Squeletor dit :

      En effet, j’ai rematé la scène finale, comme quoi les longueurs m’avait fait un peu décrocher car y a effectivement pas d’ambiguïté sur le fait qu’il soit responsable. Reste juste qu’il prétend l’avoir fait sans “arrière-pensée” que c’est juste parti en couille, ce qui est peut-être faux.

    2. Dana Hilliot dit :

      Tout à fait en phase avec ton commentaire rickrack (et squelettor). Avec cette saison, FTWD laisse carrément sur place TWD. Le couple Madison/Troy est assez exceptionnel, j’en ai rarement vu à ce niveau dans les séries. En général, je n’aime pas beaucoup quand les scénaristes se lancent dans des complexités psychologiques avec leurs personnages (c’est un psy qui vous dit ça, psychanalyse même 🙂 – ça sonne souvent faux, ou caricatural (dans le genre caricatural et psychologie de comptoir, le sommet est atteint dans TWD). Ici, on nage en pleine ambivalence. Nick et le père Otto forment également un duo très intéressant – avec leur passé (enfin, pas seulement le passé pour Otto) toxico.

      L’autre dimension passionnante est politique. Si on veut comprendre ce qui se passe outre-atlantique avec Trump et chez ses partisans, il faut regarder cette série. J’ai pas le temps de développer, mais il y a des problématiques qui sont abordées ici autour de la justice qui sont extrêmement clivantes et clivées en ce moment, et qu’on retrouve bien dans cet épisode. Ce refuge, c’est quand même le projet d’un clan de suprématistes blancs – pas de poètes donc. Madison se fait d’ailleurs traiter de gauchiste par le père Otto. Jake est typiquement un “juriste”, le genre de job qu’on trouera plus facilement chez les partisans de Clinton ou chez les démocrates. La réussite de la série tient peut-être au fait qu’on peut aisément s”identifier aux personnages et se projeter dans une telle situation : vous feriez quoi à leur place ?

  2. Zellounet dit :

    Ola

    Je pense qu on a un peu perdu en intensité sur cet episode mais c est toujours de belle facture .

    Autant Madison qui couvre Troy , je comprends et c est plutôt malin et bien joué mais j arrive pas à comprendre l’intérêt de ce duo .

    C est vrai que Alicia/ Jake c est le couple des bogoss mais ils sont fadasses je trouve.

    Par contre jeremiah et Nick c est plutôt pas mal comme relation.

    J aime pas trop ce concept de milice interne , bref j aime pas trop ce qui touche à Troy . Le personnage est antipathique . Suis pas fan.

    Vivement qu on revoit Victor dans l’hôtel et Daniel

  3. Guera dit :

    Je plussoie tous vos commentaires et cette critique. La relation Troy/Mady est vraiment intéressante car ca reste relativement subtil.
    Du bon character development.

    La ou je trouve quand meme une incoherence, c’est que le ranch semble plein a craquer d’armes, mais ses habitants ont peur de Walker ?

    1. Dana Hilliot dit :

      Bonne question ! S’ils craignent Walker, c’est parce qu’à mon avis : 1. Ils savent qu’ils sont coupables d’avoir spoliés leurs terres aux indiens – c’est vraiment une constante dans l’identité américaine, qui ne date pas d’aujourd’hui : dès le XIXème siècle, des mouvements réclament la justice pour le sort fait aux indiens. 2. et, là aussi en vertu d’une très vieille mémoire américaine, l’indien fait peur, il hante les nuits des colons, sa férocité légendaire est aisément imaginable dans la mesure où les colons savent pertinemment que son combat est juste (même s’ils refoulent cette idée) – et l’indien est peut-être bien capable de magie, de sorcellerie. C’est d’ailleurs le sens de la torture infligée par Walker à ce pauvre zigue qui se fait bouffer le cerveau par un corbeau. Il y a du fantastique chez l’indien, qui relève du mythe.
      Donc, même s’ils sont armés, ils ont une trouille bleue de Walker et ses troupes.

    2. HELL VICE dit :

      Dans un monde sans lois, ce qui différencie le dominant et le dominé, c’est la détermination.
      Le problème ici n’est pas qui à volé quoi, mais qui est prêt à mettre sa vie en jeu pour reprendre/défendre le bien question.

      1. Dana Hilliot dit :

        Ben non justement : ce que tu décris, c’est TWD, l’homme est un loup pour l’homme, l’état de nature à la Hobbes, un truc dans ce goût. Mais dans FTWD, c’est beaucoup plus complexe, même si j’exagère certainement la dimension “politique actuelle”. Par exemple, tu as la question communautariste comme on dit chez nous : les blancs, les indiens et les latinos – pas pour rien qu’on entend causer hispanique dans la série. J’irai jusqu’à dire qu’une des questions centrales de la série c’est : comment continuer à être de gauche, avec des valeurs universalistes de justice etc., les valeurs que Nick ou Jake incarnent, dans un monde où il n’existe plus d’institutions du droit. Comme dans les meilleurs séries ou bouquins d’anticipation, on peut relire son propre présent, surtout si on est américain (parce que la série est vraiment américaine jusqu’au bout des ongles), comme si nous vivions dès à présent dans une époque “pré-apocalyptique” – c’est très présent dans l’esprit des américains, cette idée qu’on vit dans une période pré-apocalyptique, d’où l’obsession pour le post-apocalytique..

  4. Sterger dit :

    Bonjour,
    Je consulte régulièrement votre site mais c’est la première fois que je poste un commentaire alors d’avance, pardon pour le “pavet” que je risque de rédiger.
    Grand admirateur des séries “TWD” et “FTWD” depuis les débuts, je ne pouvais pas faire rester sans intervenir.
    De base, je suis plutôt réfractractaire aux critiques car, ils oublient souvent de le préciser, cela n’engage que leur avis personnel.
    Concernant votre site, c’est bien simple, à chaque diffusion d’un épisode,je me presse d’aller lire vos réactions en me demandant secrètement : “Quelles vacheries seront rédigées cette fois-ci” (à prendre avec humour attention).
    Mais, car il y a un mais, quelle ne fut pas pas surprise de constater que vous commencer à apprécier “Fear The Walking Dead” avec sa troisième saison…Car pour être honnête, je me suis toujours demandé pourquoi autant de “haine” pour une série qui ne demande car faire ses preuves et qui à la lourde tâche de surpasser, sinon égaliser en qualité, la série mère.
    En ce qui me concerne, malgré le même univers, j’ai toujours regardé “FTWD” en oubliant totalement et surtout en évitant les comparaisons avec sa grande soeur.
    Et c’est là que le hic pointe son nez, après sept saisons, il devient difficile pour “TWD” de surprendre et soyons honnête, ça commence sérieusement à tourner en rond…Faute aux Comics aussi qui gâchent l’effet de surprise malgré quelques changements mineurs trop rares à mon goût.
    J’ai malgré tout quelques regrets avec “FTWD” : Les prémices de l’épidémie trop vite/peu exploités, la disparition de personnages qui avaient pourtant du potentiel dont Tobias de la première saison,etc…
    Bref ! Cette saison trois est jusque là remarquable en qualité narrative et visuelle et je rage déjà à l’idée d’une pause de deux mois.
    Merci pour votre site et bonne continuation.

  5. LePunk dit :

    Il est pressenti dans l’épisode que c’est Troy qui a tué la famille de Vernon… Quelqu’un pourrait donc m’expliquer comment il y est arrivé ??? Alors qu’au moment où la famille part en camping-car, l’ami Troy est avec tout le monde à l’entrée… lol
    Soit il court très vite (avec les pieds encore niqués de la dernière marche…), soit grosse ficelle scénaristique, soit c’est pas Troy… ^^

  6. Dixonmilitia dit :

    Bonjour à tous Z fan.

    Cet épisore était un peu moins bon que le reste de la saison 3, mais, les scénaristes nous ont tellement habitués à pire… Pareil comme toi Sqeletor, rien à voir avec la saison dernière…

    Vivement le midseson finale ce soir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *