Fear The Walking Dead 309 & 310, ce que nous en avons pensé

fearbann

Hier soir, sur amc, alors que beaucoup attendent déjà le 22 octobre et le début de la saison 8 de The Walking Dead, c’est la saison 3 de sa petite sœur – Fear The Walking Dead – qui était de retour pour deux nouveaux épisodes, intitulés Minotaur et The Diviner. Alors, comme il est de coutume sur MZC, nous voici nous aussi de retour pour notre critique de ces deux épisodes, avec dorénavant, petite nouveauté, une dichotomie clairement indiquée entre ce que nous avons apprécié et au contraire ce qui nous a déplu. Justement, entrons dans le vif du sujet.

[Attention la suite contient des spoilers si vous n’avez pas vu les épisodes]

Ce que nous avons aimé

Pour être tout à fait honnête, le final de la précédente moitié de la saison m’avait si peu marqué – quand bien même je trouve cette saison supérieure aux deux précédentes – que je n’en avais que peu de souvenirs. La réussite de Minotaur, l’épisode 9 de la saison, a donc été de me remettre le pied à l’étrier avec une efficacité assez certaine. Ainsi, alors que je craignais que l’évolution de la situation entre les ranchers et la nation ne passe par un ennuyeux statu quo et que la vérité sur la mort de Jeremiah soit gardée pour des révélations plus tardives, j’ai apprécié de voir la tension grandir rapidement et d’assister à la prise de contrôle du ranch par la nation, ce à quoi je ne m’attendais pas spécialement.

Une fois de plus, c’est d’ailleurs le personnage de Troy, un personnage complexe et ambigüe, étonnamment bien écrit pour une série qui nous a habitués à des personnages bâclés, qui permet de mesurer à quel point la situation est instable et je ne doute pas, malgré son exil, qu’il aura encore un rôle important cette saison. Néanmoins, comme nous avons pu le voir dans l’épisode 10, son départ n’a aucunement arrangé les choses et je trouve cela malin de la part des scénaristes de se pencher sur la question de l’eau, une ressource dont la rareté est trop peu traitée dans la littérature ou bien le cinéma zombie, et qui place, plus que jamais, tous les personnages de la série devant une évidence difficilement acceptable : celle de l’imminence de leur mort sans eau. Ajoutons à cela, tout l’aspect racial et historique qui sous-tend la série cette saison et nous avons un cocktail plutôt intéressant capable de réellement questionner, comme Kirkman l’a toujours voulu avec la franchise The Walking Dead, la nature humaine.

Pour en venir à Madison, bien qu’elle m’insupporte toujours au plus haut point, je trouve le personnage de plus en plus abouti car c’est bien la seule, avec un objectif unique en tête (sauver sa famille), à être capable de surfer d’une vague à l’autre et de toujours rebondir, bien que cela soit parfois un peu trop facile pour elle. Reste que sa “trahison” de Walker dans l’épisode 10 pourrait envenimer les choses (une bonne chose pour notre divertissement) et devrait enfin, comme nous l’attendions, recoller les intrigues séparées du barrage et du ranch, en espérant que cela soit fait avec justesse.

Ce qui nous a déplu

Venons-en donc à ce qui m’a moins plu dans ces épisodes. À vrai dire, pas grand chose, même si pour moi ces deux épisodes ne sont que des divertissements acceptables et rien de plus (je trouve la capacité d’immersion de cette série toujours assez faible… clairement pas une série que je binge-watcherais en tout cas).

Le principal reproche que je ferai, et qui ne tient pas forcément à ces épisodes en particulier, mais davantage à la saison, est la façon dont l’espace et le temps sont gérés. En effet, alors qu’on essaie de nous vendre le ranch comme un endroit isolé, avec sa propre guerre, ses propres questions, presque sa propre dimension, je trouve la proximité avec ce monde que nous découvrons dans The Diviner (le marché-stade, le barrage) assez incongrue… On ne sait pas tellement ce qui sépare ces différents endroits et, pour moi, leur apparente proximité, remet en question autant le comportement des ranchers que celui de la nation qui agissent comme si le ranch (et ses ressources) était le seul endroit où survivre à l’apocalypse. Alors, peut-être cela est-il volontaire afin d’illustrer une certaine aliénation, toujours est-il que j’aurais personnellement préféré que ces deux mondes soient reliés avec davantage de difficultés ou séparés avec plus de clarté…

Enfin, je dois dire que le final de l’épisode 10 m’a particulièrement déçu. Non, je ne voulais pas forcément un bain de sang, mais je pense qu’autre chose qu’un vulgaire message d’espoir aurait pu souligner plus efficacement les enjeux et nous donner davantage envie de découvrir La Serpiente, l’épisode 11 de la semaine prochaine.

Quoi qu’il en soit, après un final de mi-saison assez décevant, Fear The Walking Dead est revenu à un niveau tout à fait acceptable, offrant un divertissement valable, notamment pour ceux qui attendraient avec impatience la saison 8 de The Walking Dead que nous espérerons, à l’image de cette saison 3 de Fear, meilleure que la précédente.

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

4 commentaires

  1. Dixonmilitia dit :

    Bon épisode double dans l’ensemble,

    J’aime bien la relation Madison/Troy. J’ai l’impression qu’à leur prochaine rencontre, Troy va y passer, ayant découvert le vrai visage de Madison il ne se laissera plus amadouer. Il deviendra un vrai danger pour Madi et sa famille, elle n’aura pas d’autre choix que de le tuer…

    Le personnage de Nic s’en và où?, Il tente de contenir la milice? Il veut en faire parti sans faire la guerre? C’est le seul point que je n’ai pas apprécié. Il manipule la milice pour mieux maintenir la paix, j’y ai pas cru… C’était pauvre…

    MERCI SQUELETOR POUR TON SITE UNIQUE

  2. KahlanV dit :

    “Un vulgaire message d’espoir” ???? “Mieux pour souligner les enjeux” ?? Bien au contraire, c’était justement une excellente idée : deux camps plus occupés à s’affronter inutilement par fierté, plutôt qu’à penser à une solution pérenne pour l’eau ? Ce n’était pas qu’un message d’espoir, c’était également une opposition de style de leadership entre Nick et Alicia. Essayer d’étouffer des conflits internes avec des actions à courts termes, ou essayer de trouver de meilleures solutions et faire preuve de pragmatisme ?

    1. Squeletor dit :

      Ce qui n’empêche pas l’exécution d’être particulièrement ringarde. Ils s’apprêtent à se dégommer, voient le groupe qui creuse et décident tous, main dans la main, d’aller l’aider, en poussant la chansonnette. C’est d’ailleurs mis en scène de manière assez médiocre (voir plan final). Une entente qui laissait de côté, comme tu le dis, les fiertés des uns des autres, est évidemment une direction que l’histoire devait prendre, mais amené ainsi, c’était ridicule et catapulté.

  3. Hankito dit :

    Pour ces deux épisodes de FTWD, je dois dire que mon sentiment reste mitigé. J’attendais exactement ce qui s’est passé entre les deux communautés. J’ai néanmoins trouvé ça bien de parler du problème de l’eau maintenant et pas en fin de saison.
    Mais vraiment je dois dire que je n’aime pas Madison et ses décisions stupides (que Jake donne sa clé alors que c’est le personnage le moins dangereux du ranch par exemple). Je n’aime pas Walker non plus d’ailleurs. Je n’aime pas Nick et son jeu d’acteur très peu crédible. Et Ofelia commence vraiment à m’énerver aussi 🙂
    En revanche, les personnages que je trouve les plus crédible sont Alicia, Jake et le bras droit de Walker alors j’espere que la série va prendre en intensité car là je m’ennuie comme en saison 1 :S
    Mention spéciale à Troy l’incontrolable <3
    J'ai quand même hâte de voir la suite car en tant qu'optimiste, je veux y croire.

    Bonne soirée 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *