Trafic de zombies en Sibérie dans Zoulag : la filière sibérienne

Ce n’est pas la première fois que nous vous parlons de ces petits livres oranges si caractéristiques, bébés du morse des éditions Walrus. Mais, aujourd’hui, pas de zombie à la sauce blanche, mais une autre nuance de blanc : celle des toundras russes.

Il y a plus de deux ans, Stéphane Desienne publiait Zoulag : le syndrome finlandais, un court roman (évidemment orange !) qui nous emmenait du côté du Zoulag, une zone où des milliers de zombies sont abandonnés aux intempéries glacées de la Sibérie. Eh bien, le 10 octobre prochain, l’auteur de la saga de zombies Toxic revient à l’univers de Zoulag dans un roman toutefois indépendant de Le syndrome finlandais (à lire donc dans l’ordre que vous voulez).

Avec Zoulag : la filière sibérienne, il délaisse cette fois-ci les scientifiques et nous place aux côtés de trafiquants d’un genre bien particulier :

“L’humanité a finalement réussi à contenir l’apocalypse zombie, et les spécimens infectés qui n’ont pas été éradiqués sont désormais enfermés dans des « zoulags » à des fins scientifiques et militaires.

Boris Yazounov et sa partenaire Nikki font tourner un bien étrange business : on les engage pour voler des zombies et les convoyer à travers les terres désolées de la Sibérie. Et pourvu que la paie soit bonne, le duo n’est pas curieux des motivations de ses commanditaires.

Si jusqu’à ce jour la mécanique du trafic semble bien huilée, l’idée d’une retraite bien méritée commence à germer dans la tête de Boris. Peut-être que cette mission sera la dernière… Mais quelque chose ne tourne pas rond : indics nerveux, mafieux gourmands, ambiance de délation, et maintenant les militaires à ses trousses…

Désormais ce n’est plus seulement son business qu’il doit sauver. C’est sa vie.”

Nous en reparlerons très prochainement au détour d’une chronique, mais le roman est d’ores et déjà en pré-commande et en promotion jusqu’au 10 octobre, date de sortie officielle. Alors, profitez-en.

Share Button

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *