Ainsi Vont les Morts : le recueil de nouvelles d’Alexandre Ratel prévu pour septembre

ainsi vont morts banniere

Fin 2016, notre ami Squeletor publiait une critique spéciale de plusieurs nouvelles d’un nouvelliste français, Alexandre Ratel, afin de nous faire découvrir un talent à suivre de la littérature Z. Depuis le temps, Ratel n’a pas chômé puisqu’il fut vainqueur de l’Académie de l’Imaginaire 2016, ce qui lui permettra de publier en septembre 2018, un recueil entier de nouvelles intitulé Ainsi Vont les Morts aux éditions Rivière Blanche :

ainsivontmorts

Ma théorie est que ce ne sont pas les hommes ni les zombies qui gagneront cette bataille. Ce sont des êtres bien plus perfides. Oui, ce sont les corbeaux.

Alexandre Ratel est un passionné de zombie. Il le revendique fièrement. Cela se lit, cela se voit, cela se sent. Après tout, les zombies ont une odeur assez forte pour être remarquée. Mais, plus encore que les effluves nauséabonds des carcasses pourrissantes, ce que le lecteur peut sentir, c’est le talent certain d’Alexandre pour conter des histoires horrifiantes.

Il est extrêmement difficile d’innover sur un thème aussi éculé que celui des morts-vivants, vous en conviendrez. Ils ont été mis à toutes les sauces à travers la littérature ou le cinéma avec plus ou moins de fortune. Malgré cela, Alexandre n’a pas peur de laisser déferler ces hordes putrescentes à travers ses écrits. Et il le fait avec brio, bien loin des poncifs du genre tout en leur rendant des hommages discrets. Il réussit le tour de force de faire fi des sensations de déjà-vu pour mieux vous prendre à contre-pied.

Originalité et maitrise, tels sont les maitres mots qui donnent aux récits de l’auteur une force exceptionnelle qui fait que les pérégrinations de ses zombies resteront longtemps dans votre mémoire quand d’autres œuvres en auront depuis bien longtemps été effacées.

Ainsi Vont les Morts nous donnera l’occasion de dévorer treize nouvelles : Le zombie et le vautour, L’appétit des ogres, Une histoire de respiration, Sally, Le chant des ananas, Ainsi vont les morts, Noël rouge, Fichés Z, Renaissance, Justice pour Howard Lee Stillman, Étoiles mourantes, Super papa, Bang Bang. Sans oublier une préface de l’auteur Frédéric Livyns, lui-même double lauréat du Prix Masterton. Nous avons hâte de découvrir ce recueil afin de nous plonger un peu plus dans l’univers d’Alexandre Ratel. Le rendez-vous est donc pris pour septembre !

Source : Rivière Blanche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.