I am a Hero, tome 7

I am a Hero tome 7

I am a Hero est très certainement le manga zombie de l’année 2012. Toutefois, avec une publication toujours en cours avec un septième volume sorti en avril dernier, l’oeuvre de Kengo Hanazawa compte bien marquer l’année 2013 également. Vous pouvez donc compter sur nous pour suivre l’évolution de cet excellent manga numéro après numéro.

Lorsqu’Hideo, Araki et Hiromi rejoignent un groupe survivants qui s’est réfugié sur les toits d’un centre commercial, ils sont très loin d’imaginer que le petit groupe est mené d’une main de fer par quelques individus n’hésitant pas à sacrifier les faibles et à faire des femmes leurs objets sexuels. Leurs armes se limitant à une arbalète et à des pistolets de airsoft, le fusil d’Hideo attire très vite leur intérêt et ils échafaudent un plan afin de le lui dérober. Sans son fusil, notre héros sera-t-il gardé en vie ?

I am a Hero tome 7

Une fois n’est pas coutume, Kengo Hanazawa arrive à construire à partir d’un élément à première vue banal, un récit effroyablement efficace. Dans ce tome, il parvient à faire d’un simple fusil, qui serait dans une œuvre américaine une arme parmi tant d’autres, l’élément central de l’intrigue. Dans un Japon, où les armes à feu sont très peu présentes dans la population civile, les hommes ayant pris le pouvoir sur les toits voient d’un très mauvais œil l’arrivée d’Hideo qui s’avère mieux équipé qu’eux pour éliminer les zombies et asseoir leur pouvoir. Le fusil devient alors l’objet de toutes les convoitises et ils n’hésitent pas à tenter d’amadouer Hideo en lui proposant une femme avant d’employer la force. Toutefois, tout le talent de l’auteur se révèle dans l’approche de son héros. Comme dans les autres volumes, Hideo continue à faire preuve de naïveté face à la situation. Toutefois, on se rend compte que le personnage mûrit et commence à développer une certaine forme de méfiance. Ainsi Hideo se retrouve à cheval entre la peur de braver la loi en confiant son arme à quelqu’un qui n’est pas habilité à la manier et la conscience que le fusil est un gage de survie pour lui. Cette ambiguïté pousse le lecteur à s’impliquer d’autant plus dans le sort de son héros et l’absurdité qui émane de certaines réactions d’Hidéo est toujours aussi agréable.

I am a Hero tome 7

D’autre part, l’intrigue concernant l’infection d’Hiromi continue à ponctuer le récit de scènes admirables où l’on voit le monde tel qu’Hiromi le perçoit tout en restant très mystérieuse sur la condition réelle de la jeune femme : pourquoi n’attaque-t-elle pas Hideo ? Peut-elle réellement être l’origine d’une solution au fléau qui frappe le Japon ?

Enfin ce volume se termine sur un passage à la mise en scène géniale. Alors que le fusil d’Hideo lui a été dérobé, il se retrouve aux côtés d’un petit groupe d’homme chargés d’aller récupérer de la nourriture dans un fast food du centre commercial. Kengo Hanzawa profite alors que les différents personnages portent des casques qui masquent en partie leur champs de vision pour nous faire voir les lieux de leur point de vue. C’est terriblement habile et cela accroît le côté immersif de l’œuvre et rend un passage (anodin autrement) vraiment angoissant.

Ce sont toutes ces qualités de l’auteur qui font de I am a Hero un manga à lire si l’on souhaite découvrir une invasion zombie sous un autre angle, celui d’un japonais ô combien talentueux. Vivement le tome 8.

I am a Hero tome 7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.