ZNA : une campagne Kickstarter pour un jeu aux relents de zombies

zna

Le zombie est à la mode, vous le savez bien. Décliné dans de multiples domaines, les fans que nous sommes (et même les non-puristes) soupirent quasiment tous les jours en découvrant les idées toujours plus farfelues de certains pour se faire du pognon sur le dos de nos macchabées préférés. Pourtant, il y a des domaines où le genre s’applique plutôt bien, notamment les jeux. Outre les jeux vidéos, au répertoire maintenant pléthorique en ce qui concerne les zombies, les jeux de plateaux zombies deviennent légion (il suffit de voir notre sélection de Noël). Des campagnes Kickstarter pour lever des fonds pour financer la création de jeux de plateaux zombies, comme celle de Zombicide, commencent ainsi à apparaître régulièrement dans les méandres d’Internet.

bandeau2ZNAEt c’est justement le cas de ZNA, un jeu développé par Funforge, un éditeur de jeu français qui met pour le coup Floriant Desforges aux commandes. Funforge, dont le catalogue s’étoffe de produits de qualité depuis 2008, a donc décidé de lancer une campagne de financement participatif (qui sera en ligne demain) pour son nouveau jeu : ZNA. En quelques mots, ce jeu coopératif nous permettra d’incarner des survivants devant affronter… Eh bien, nous ne savons pas vraiment. Vous pourriez alors vous demander ce que cette news vient faire ici MAIS nous pouvons aisément penser qu’il s’agira de monstres se rapprochant de ceux que nous affectionnons (en l’occurrence plutôt du type infectés). Pourquoi tout ce mystère ? Tout simplement parce que les gars de Funforge ne souhaitent pas en dire plus sur leur jeu avant le lancement demain de la campagne Kickstarter :

« Nous ne dévoilons que peu de détails pour le moment, et ce volontairement car nous souhaitons que la campagne initiant le KS soit dans le ton du jeu, c’est à dire un peu opaque au début pour devenir plus claire vers la fin. »

Mais de nombreux éléments nous laissent malgré tout penser que nous aurons bien affaire à des zombies. D’abord les illustrations déjà disponibles sur lesquelles nous aperçevons des silhouettes décharnées aux bras ballants, ensuite le spectre d’une mégacorpo touchant à la médecine et à la chimie (Ah bah tiens !) et surtout cette grande lettre « Z » de ZNA (pour « Zero Nucleic Acid » selon les auteurs mais nous pouvons espérer qu’ils ne soient pas passés à côté du potentiel de la thématique « Z »ombies ).

tuiles ZNADifficile donc pour l’amateur de jeux que je suis de ne pas vous en parler d’autant que ZNA promet de bien bonnes choses : du matériel abondant (80 figurines, 40 tuiles recto-verso pour composer les cartes du plateau, 200 cartes, etc), de bien belles illustrations, des mécanismes de jeu intéressants (le « Fog » mutagène semble pouvoir se déplacer sur le plateau, présences d’objectifs perso ou communs…), un système de craft pour composer des cocktails chimiques aux utilisations multiples et, comme nous en entendons parler de plus en plus, de la réalité augmentée avec une application pour smartphones et tablettes qui apportera son lot de bonus (possibilité de scanner les tuiles, animations, contenu immersif etc). ZNA est prévu pour 1 à 4 joueurs à partir de 13 ans pour des parties de 60 à 90 minutes, le tout en français !

La campagne démarrera donc le 17 décembre, nous en apprendrons alors un peu plus sur ce que veut nous proposer l’équipe de Florian Desforge. Restez donc à l’affût. Et, si par malheur nos amis zombies ne sont finalement pas au rendez-vous, vous n’en entendrez alors plus parler ici. Ou alors en tendant bien l’oreille.

perso2 Perso3

Sources : Funforge, Tric Trac & LudoVox

À propos de l'auteur

Incapable de se faire comprendre par le genre humain, vif comme un cailloux roulant au fond d'une rivière, beau comme une olive verte oubliée au soleil, Baron Mardi s'est, il y a de nombreuses années, tout naturellement rapproché des zombies qu'il considère comme ses pairs. Il pense, parle et surtout sent le zombie. Bref, on peut dire que Baron Mardi aime le zombie. Détail troublant: Jusqu'à présent, il évite soigneusement de parler de ses goûts culinaires. Allez savoir pourquoi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.