Critique de la BD Tizombie Tome 1 : Toujours affamé

tizombie bd

Tizombie est un mort-vivant pas tout à fait comme les autres. Car, derrière son apparence chétive, se cache le seul zombie né zombie, mais surtout un gringalet à l’appétit insatiable. Créé il y a quelques années par le dessinateur William, qui lui avait dédié quelques planches sur son blog, ce petit cadavre aux dents acérées a aujourd’hui droit à ses propres aventures avec la sortie, ce jour, de “Toujours affamé”, le premier tome de ce qui s’annonce comme une série bien sympa, publiée par Bamboo Édition.

Il ne m’a en effet fallu que peu de pages pour tomber sous le charme des différents personnages, que ce soit l’héroïne Margotik, une jeune fille fuyant la violence de son domicile familial et qui trouve refuge dans le cimetière habité par Tizombie, ou bien Tizombie et ses amis cadavériques, Fatal et Tékaté. En deux pages, la rencontre entre notre sympathique gothique et nos amis d’outre-tombe est pliée et nous pouvons ainsi directement passer aux choses sérieuses avec une succession de mini-aventures / gags se déroulant dans ce bien étrange cimetière où les morts reviennent à la vie.
Graphiquement d’ailleurs, le dessin de William contribue grandement à notre intérêt quasi immédiat pour ces personnages à l’esthétique recherchée et réussie. Un univers particulièrement riche, plein de possibilités, se déploie alors sous nos yeux et nous en redemandons entre deux découpages de zombies et quelques buffets de chair humaine.

tizombie couvertureToutefois, pour un album assez court – 48 pages qui se dévorent en une poignée de minutes – j’ai regretté la présence de trop nombreux gags tombant bien souvent à plat. Évidemment, il est difficile avec un tel format (une planche / un gag) de n’offrir que des mini-histoires de qualité, mais j’ai tout de même été déçu de voir qu’une bonne partie d’entre elles ne s’avéraient en fin de compte que peu inspirées.
Néanmoins, l’ambiance reste toujours bon enfant et je n’ai pas boudé mon plaisir tout au long de la lecture, d’autant que la BD, en plus de nos petits héros morts-vivants, nous offre notre dose de zombies plus classiques et se permet même quelques références à des œuvres phares de la culture Z. Cazenove, qui signe le scénario de ce volume, soulève d’ailleurs l’idée dans une double-planche que les tombes du cimetière soient en réalité reliées à d’autres univers, ce qui offre un champ de possibilités assez large pour une potentielle suite.

Mon plus grand regret cependant concernera l’impression. Il est probable que cela soit dû à l’exemplaire que j’ai reçu et ne s’avère qu’un cas isolé, toujours est-il que plusieurs planches de l’ouvrage en ma possession apparaissent tout simplement floues à l’impression. Un défaut qui, je l’espère, n’est qu’anecdotique, le travail graphique de William et de colorisation de Jacquemoire ne méritant pas un tel traitement.

Pour résumer, malgré des idées pas toujours à la hauteur des qualités de l’univers et de la galerie de personnages que nous découvrons dans ce premier tome, Tizombie s’avère une bande-dessinée très sympathique dont je guetterai la suite avec l’espoir que ces personnages, que j’aime déjà, aient droit cette fois-ci à des aventures vraiment haut en couleur.

1 commentaire

  1. Alexia dit :

    Ma collection de bd n’a pas fini de s’agrandir.
    Rien que la couverture me donne envie de l’avoir. Donc je vais le mettre dans ma prochaine commande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.