Une mouture encore plus déjantée pour « Demain, quand j’étais mort »

dqjm

Il y a maintenant plus de deux ans, le trublion de l’apocalypse et auteur, Eddard Mingwe, accouchait de l’amusant Demain, quand j’étais mort, un roman auto-édité dont l’humour avait convaincu Baalero.

Eh bien, alors que nous attendions depuis une deuxième partie, comme l’auteur l’avait au départ annoncé, c’est sous une nouvelle mouture encore plus déjantée que nous revient le roman. Voilà le programme :

demain-quand-j-etais-mort« Connecticut-Sur-Maine. Pandémick Rivers. Notre époque.
Alors que la tant attendue saison de la chasse aux touristes est enfin ouverte et que la traditionnelle fête de la tartine humaine bat son plein, une météorite s’écrase près d’un insolite village peuplé de fermiers consanguins et anthropophages, libérant de mystérieuses spores visqueuses et particulièrement voraces.
Après la contamination de la plus grosse unité locale de production et d’exportation de cuisses de grenouilles surgelées, d’étranges cas de mutation vont être simultanément répertoriés à différents endroits du globe.
Le chaos s’installe, la menace se répand.
Bientôt des événements aussi cocasses qu’atroces vont s’enchaîner et nous mener droit à l’apocalypse la plus horrible et stupide jamais imaginée…

Au menu de cette zombédie tragique : une pandémie, des morts-vivants, des retraités fous furieux, quelques politiciens véreux, des recettes culinaires cannibales de fin du monde, et bien entendu, un soupçon de romantisme et de magnifiques histoires d’amour… »

De notre côté, nous nous laisserons prochainement tenter par cette nouvelle version de Demain, quand j’étais mort et ne manquerons pas de vous faire part de notre avis. D’ici là, le roman est disponible pour une bouchée de pain sur Amazon.

Plus d’infos sur l’univers d’Eddard Mingwe sur son site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.