Critique de Fortress of Apocalypse Tomes 7 & 8

fortress of apocalypse

Après la sortie en août dernier du tome 7 et, plus récemment, du tome 8 du manga de zombies Fortress of Apocalypse, il était temps pour nous de revenir sur ces deux volumes, toujours publiés en France par Pika.
Depuis ses débuts, le manga de Inabe Kazu et Kuraishi Yû a su nous convaincre grâce à une belle gestion du suspense et surtout à des idées originales et inattendues dans le genre zombie. Malgré un tome 6 qui nous avait quelque peu moins emballés, du fait d’une originalité moindre, nous avions hâte d’en découvrir la suite.

fortress of apocalypse tome 7Et nous avions grandement raison. En effet, dès le début du tome 7, le mangaka écarte presque totalement l’aspect philosophico religieux bateau, développé dans le tome 6 avec l’arrivée des prétendus soldats de l’ONU, pour s’intéresser à la transformation de Maeda et proposer de l’action intense.
Avec une pirouette intelligente et visuellement réussie, il réussit ainsi à sauver d’une mort affreuse certains de nos héros pourtant dans de sales draps à la fin du tome 6. En fait, ce tome, avec l’évolution de Maeda, marque très clairement l’entrée de Fortress of Apocalypse dans son dernier arc, ayant terminé de faire d’un héros assez banal, un personnage d’importance pour l’avenir de l’humanité. Cela est fortement réussi, d’autant que le déroulement des événements est souvent difficile à anticiper.

fortress of apocalypse

fortress-of-apocalypse-tome-8Sans surprise, le tome 8 est ainsi une sorte de transition avant l’épilogue du manga qui, rappelons-le, se conclura avec son tome 10 (déjà sorti au Japon). L’histoire pousse ainsi nos héros à abandonner le pénitencier juvénile pour rejoindre une étrange femme, convaincue de pouvoir synthétiser un vaccin et sauver l’humanité grâce à Maeda. Malheureusement, ce tome trahit une des faiblesses qu’avait déjà connues le manga : la présence de passages de remplissage assez inutiles. Ainsi, une grande partie de leur parcours pour rejoindre la Luciole de la Mer (où se trouve la femme) s’avère ponctuée de scènes assez décousues et sans intérêt, bien que la rencontre avec des phoques-humains-zombies soit assez perturbante. On saute alors d’une idée à l’autre (la girafe, la radio) sans que cela n’apporte quoi que ce soit à l’intrigue générale et c’est bien dommage.

Heureusement, l’arrivée des héros dans les tunnels qui les mèneront auprès de la mystérieuse femme, permet de développer de manière réussie le personnage de Yamanoï. Nous apprenons ainsi à travers plusieurs flashbacks vraiment maîtrisés les raisons de son incarcération. Cela est agréable et j’espère que les autres personnages auront droit à un traitement aussi soigné.

Quoiqu’il en soit, passées les errances banales en ville, et avec l’arrivée des ses héros à la Luciole de la Mer, nul doute que Fortress of Apocalypse entrera avec force dans ses deux derniers tomes.

En fin de compte, deux tomes assez inégaux entre un tome 7 fortement réussi, portant le manga à un tout autre niveau en terme d’intrigue, et un tome 8 de transition nous amenant de façon pas toujours inspirée vers les ultimes volumes de Fortress of Apocalypse. Globalement, une saga de mangas de zombies que nous continuons donc évidemment à vous conseiller !

fortress of apocalypse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.