Fear The Walking Dead 301 & 302 : ce que nous en avons pensé

fearbann

Déjà deux jours que les survivants de Fear The Walking Dead, la petite sœur de The Walking Dead, ont fait leur grand retour sur amc aux États-Unis et en simultanée sur CANAL+ SÉRIES en France. Deux jours donc que je traînaillai, incapable de me convaincre de regarder cette nouvelle saison, après la catastrophe de la précédente. C’est donc avant tout par « professionnalisme » que je me suis lancé dans le visionnage de Eye of the Beholder et de The New Frontier, les deux premiers épisodes de la saison 3 de Fear The Walking Dead, diffusés consécutivement dimanche passé. Eh bien, quelle n’a pas été ma surprise de prendre un certain plaisir à les découvrir.

[Attention la suite contient des spoilers]

Un bon coup de pied dans la fourmilière

Car, il faut le dire, ce début de saison 3 de Fear The Walking Dead a, selon moi, opéré bon nombre de changements que les téléspectateurs exigeants étaient en droit d’attendre après le bousin de la saison précédente. Tout d’abord, un gros renouveau de situation. Finis les conneries au club med et les problèmes d’ados rebelles de la saison 2 puisque Eye of the Beholder plonge nos héros dans une situation bien différente lorsqu’ils sont capturés par des militaires emmenés par Troy, un jeune homme qui n’a certainement pas fini de poser des problèmes à Madison et ses enfants.

Pour le coup, j’ai réellement apprécié le fait que Troy et ses hommes ne s’avèrent finalement pas des membres de l’armée américaine (le coup des vilains soldats aurait été le truc de trop), mais les membres d’un groupe de survivalistes à la hiérarchie très patriarcale avec les fils de Jeremiah, dont Troy, comme lieutenants. Certes, nous nous retrouvons dans une situation ultra-classique du genre post-apocalyptique, à savoir la rencontre d’un n-ième groupe de survivants avec ses propres règles, mais ce choix-là me semble pertinent d’autant qu’en deux épisodes et sans ennuyer, la série explore déjà quelques pistes intéressantes (la dualité Troy/Jake notamment). D’ailleurs, ces deux épisodes m’ont laissé avec l’impression agréable d’avoir assisté à l’entrée en douce du loup (nos héros) chez des agneaux (certes lourdement armés) et je demande donc à voir comment cela évoluera. À ce titre, Jake, incarné par Sam Underwood que j’avais beaucoup apprécié dans The Following, pourrait bien apporter, comme le reste de sa famille, un nouvel élan à notre groupe de héros. De nouvelles têtes qui ne pourront que faire du bien à une série qui manquait non seulement de personnages centraux attachants et charismatiques, mais aussi de seconds couteaux convaincants.

Autre changement qui fait plaisir : un pathos qui ne donne pas des envies de meurtres. Comme The Walking Dead, Fear brillait jusque-là par son don à vomir un pathos franchement navrant. Or, dans cet épisode, même si je ne me suis pas encore attaché aux personnages (cela pourrait-il venir ?), j’ai trouvé que l’émotion était réellement présente et que les retrouvailles de nos héros dans l’épisode 1 surpassaient de très loin, grâce à leur sobriété, celles de Daryl avec ses amis dans la saison 7 de The Walking Dead.

J’ai également été agréablement surpris en découvrant que nous allions parallèlement suivre les aventures de Strand, resté quant à lui à l’hôtel. Maintenant qu’il est débarrassé de notre petite famille, je suis convaincu que son personnage pourrait prendre une toute autre dimension.

Mais la plus belle réussite de ce retour de Fear The Walking Dead est que, pour une fois, nous enchainons les différentes situations – nos héros prisonniers, en mode survie, puis en tant que nouveaux membres d’une communauté bien établie – sans que les scénaristes aient décidé de gâcher 10 épisodes pour cela. Tout de suite la série gagne en intensité et, chose rare avec Fear, la tension s’avère même souvent présente. Mais du coup, cette série aurait-elle enfin un peu de cojones ?

Enfin des cojones

Si nous passons sur l’action omniprésente de l’épisode 1, caractérisée d’ailleurs par pas mal d’apparition réussies de zombies (on oubliera par contre les zombies grignoteurs de placo et chasseurs de rats…), il n’y a qu’à regarder l’intro de l’épisode 2 pour enfin avoir droit à un premier choix couillu des scénaristes. Car, elle fera peut-être pleurer dans certaines chaumières, mais la mort de Travis m’a personnellement ravi. Non pas car je n’appréciais pas spécialement le personnage, mais car elle est typiquement le genre de mort – sans gloire, assez inattendue – qui manquait à cette série et pour leqsuelle j’aime tant le travail de Kirkman sur les comics The Walking Dead. Et, quand on se permet de sacrifier un personnage aussi important d’une manière aussi insignifiante, le reste ne fait qu’en bénéficier. Immédiatement la tension fait son come-back et j’ai ainsi beaucoup apprécié le retour d’Alicia, Jake et Luciana au campement, ne sachant pas vraiment comment les choses aller se conclure.

Autre réussite : une réaction convaincante et touchante de Madison sans tergiverser pendant des heures. Quand les choses sont justes et bien dosées, on ne peut que souligner la différence de qualité de cet épisode avec ceux de la saison 2. C’est d’ailleurs notamment ce dosage médiocre qui faisait de cette série (et de The Walking Dead) une série si ennuyeuse. Eh bien, pour une fois, la série ne tourne pas en rond, ne s’étend pas inutilement et les petites scènes davantage basées sur la psychologie de nos héros, s’avèrent plutôt bienvenues. Par exemple, là où nous aurions pu craindre que nos héros soient à nouveau séparés inutilement, après le crash de leur hélico, Jake et Alicia ne passent heureusement pas 15 épisodes dans les bois et sont rapidement de retour au campement offrant une dynamique toute nouvelle à une situation déjà fort tendue. Pareillement, la scène où Strand est enfermé avec la femme qui l’avait poignardé, offre un exemple de courte scène, qui sans être essentielle, apporte ce petit plus d’humanité sans trop en dire.

Sur un autre sujet, j’apprécie personnellement pas mal de séries d’amc pour leur beauté visuelle (Breaking Bad, Better Call Saul, Into the Badlands) et si Fear (comme The Walking Dead) est très loin de rivaliser, j’ai trouvé le début de Eye of the Beholder assez recherché avec notamment un traveling au milieu des cadavres assez plaisant. Reste que tout n’est pas de ce niveau avec de nombreux plans assez chaotiques… de quoi nous rappeler qu’avec deux épisodes de qualité, ce début de saison 3 n’élève pas encore Fear The Walking Dead au rang de bonne série.

Attention aux travers habituels

Car, à la différence de Jake, Luciana et Alicia, la série n’est pas encore sortie du bois. Ma principale crainte : voir cette saison appliquer la même recette que la plupart des saisons de sa série mère (un bon épisode d’ouverture, du vent total puis un final sympa). Certes, cela n’est pas une fatalité, surtout pour une série d’amc, mais l’épisode 3 aura la lourde tâche d’offrir un divertissement aussi convaincant que ces deux épisodes et je demande sincèrement à le voir, notamment après le final, pour le coup, assez mauvais de l’épisode 2.

Certes la situation mise en place par ces deux épisodes a de quoi nous pousser à être enthousiastes, autant le souvenir de ce qui avait été fait dans la saison précédente après l’arrivée de nos héros à l’hacienda a de quoi jeter un certain froid. Une Madison convaincue que c’est son destin de prendre le contrôle de la communauté des Otto, pouvait-on nous annoncer quelque chose de plus effrayant pour la qualité de la série ? Verdict la semaine pro.

Avec deux épisodes de mise en place réussis, ne lésinant pas sur l’action, la surprise et, même, l’émotion bien distillée, la saison 3 de Fear The Walking Dead a fait un très bon retour. Il en faudra néanmoins plus pour nous réconcilier avec cette série si décevante dans sa saison précédente. Mission impossible ? Non, à condition, bien sûr, que la série garde le cap. Un sacré défi.

17 commentaires

  1. Mireilld dit :

    Je tiens a souligner le jeu deplorable et mediocre de kim dikens. Certe pas fan de cliff curtis mais j aurais preferé qu’elle y passa a sa place. Franchement j’ai rarement vu une actrice aussi mauvaise pour un tel divertissement. Par contre à spuligner que pour une fois Nick n est pas le centre d interet de l episode et ca fait du bien de changer. Derniere chose, heureusement qu on entendra plus parler de cet hotel et de ses personnages car ils n avaient aucun sens, changeant de personnalite a tout bout de champs. Pour moi la saison 2 est vraiment a banir et a oublier!

    1. Squeletor dit :

      Oui c’est vrai que Kim Dickens offre généralement des prestations assez médiocres voire très médiocres dans la série. Dans cet épisode, je lui donnerais une mention « passable peut mieux faire », mais ça n’a, étonnamment, pas trop gâché ses scènes « d’émotion » ce qui est quand même surprenant dans Fear.

      Oui, nous verrons bien dans quoi Strand va s’engager maintenant. Nous devrions d’ailleurs également retrouver Ofelia.

  2. dixonmilitia dit :

    Premier post sur votre site, maitre sqeletor, après des années que je vous consulte quotidiennement!
    J’attendais avec impatience votre critique!
    Les deux épisodes m’ont beaucoup plus… enfin un peu de rythme et d’émotion, il n’y a pas eu de moments ridicules comme ils nous ont habitués…
    J’attend la suite avec impatience…
    MERCI pour ton site génial!

    1. Squeletor dit :

      Merci à toi pour ce commentaire alors j’espère que ça ne sera pas le dernier (les comms sont notre seul salaire 😉 ).

      C’est exactement ça, un peu de rythme, de l’émotion bien dosée et pas de scénettes inutiles de remplissage. Pourvu que ça dure, même si je crains que non. À voir.

      Bonne journée et merci de ta fidélité.

  3. Zellounet dit :

    Belle analyse et excellent ressenti 🙂

    Tout pareil ( pour une fois ^^ )

    Tu parles de cojones pour Travis …. Mais je trouve ca ultra inattendu et un peu  » bête »

    Juste au second episode et avant le générique … Tu le vois pas arriver et c est in devinable !

    Aucun aurevoir, aucun dialogue, aucune amorce … 2 balles perdues et plouf.

    J ai pu lire à droite à gauche,  » no body, no sûre death ». Il s est pris une balle par derriere qui a fait ressortir ses tripes, il s était fait mordre et c est pour ca qu il est monté dans l hélico sans Madison , il a pu tomber dans un cours d eau …etc…

    Mise à part ca, vraiment sympa.

    Strand va retrouver ofelia et les 2 nanas de la mini serie et j apprécié ton idée que Madison devienne la méchante 🙂

    1. Squeletor dit :

      Justement, c’est ultra burné de liquider un personnage central de manière aussi insignifiante et moi ça me plaît. Ça rétablit cette vérité que dans l’apocalypse zombie tout le monde peut y passer sans forcément avoir son moment de gloire. D’ailleurs, comme tu le précises, apparemment il avait été mordu dans la fosse et était donc déjà condamné. Mais, pour moi, une petite balle tranchant la jugulaire (sans ajouter cette dimension d’inévitable) aurait été encore plus jouissif. Et le fait que ce soit une grosse surprise, justement ça change de tout le reste et ça fait plaisir.

      Pour Madison, c’est ce qui fait l’intérêt de cette série – qu’on suive vraiment des enfoirés dès le départ, des méchants si on veut – j’ai juste peur qu’en plaçant Madison au cœur de cela, ça n’aboutisse pas à l’intensité espérée. Enfin, nous verrons, mais le final de l’épisode 2 a réellement tempéré mon enthousiasme. Après une aussi bonne mise en place de notre nouvelle situation, espérons qu’ils ne gâchent pas tout.

      Pour Ofelia, oui ce serait bien que, dans cette saison, les gens de la websérie aient un vrai intérêt pas comme les couillons de la 2.

  4. Ultra dit :

    Vous savez pourquoi cliff curtis a été écarté de la série ? il va tenir le rôle principal des prochains épisodes de Avatar, ceci explique sûrement cela.

    Très bons premiers épisodes en comparaison des saisons précédentes !

    1. Squeletor dit :

      Roh le rabat-joie 😉 Effectivement j’avais vu passer l’info et ça ne m’étonne pas spécialement. Au moins, ils lui ont offert une sortie qui a de la gueule. Et sinon, Kim Dickens elle veut pas jouer un machin bleu dans Avatar aussi ?

      1. Ultra dit :

        Sincèrement ce ne serait pas un mal, même si elle « semble » plus vivante c’est dingue comme elle fait mollusque insipide… triste… très triste 🙂

  5. Hankito dit :

    Salut tout le monde !

    Ca fait ultra longtemps que je n’ai pas commenté FTWD parce que sans pour autant dire que la série était nulle (parce que certains ont apprécié), je dirais juste qu’elle n’avait à mes yeux plus aucun intérêt. Je n’aimais que Alicia et Strand et basta.

    Là, bizarrement, j’ai eu l’impression de regarder une autre série tellement il y avait une vraie tension, un bon jeu d’acteur en général, un fil directeur dans l’intrigue, de bons nouveaux personnages… Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde et ça ça fait enfin plaisir. Comme toi Squeletor, j’étais pas trop pressé de regarder cette saison 3.

    Le seul moment qui m’a soulé (il en faut toujours un), c’est quand Madison prend le couteau d’Alicia et qu’elle lui dit que c’est hors de question qu’elle tue quelqu’un. Ce rôle de mère étouffante me soule mais moins que la saison précédente.

    J’attends l’épisode 3 pour voir s’ils confirment ce début de réussite ou s’ils font du remplissage jusqu’à l’épisode final 🙂

    1. Squeletor dit :

      Je me suis fait la même réflexion lors de cette scène et c’est pour ça que j’ai peur qu’à trop se centrer sur Madison la série reparte bien vite dans ses travers. Je n’aime vraiment pas ce perso. Nous verrons bien !

  6. Rawhead Rex dit :

    Le fait que Madison demande à Alicia les circonstances de la mort de Travis a été une très bonne chose car n’importe qui dans sa situation aurait fait de même… Enfin des réactions et comportements crédible!

  7. Rickrack dit :

    Eh ben dis donc je te trouve bien indulgent, Squeletor ! Moi j’ai surtout retrouvé les bonnes grosses incohérences de la saison 2. Je veux parler des héros submergés par les zombies (Travis dans la fosse/Madison et Nick avant de quitter la base) mais qui les gèrent sans souci aucun VS les persos secondaires qui sont trop cons (ici, Charlene qui est armée et qui se fait avoir par 2 pauvres zombies). Ou effectivement le gros débile qui regarde par la bouche d’aération. Ou encore le mec qui les aide à s’échapper et qui, bien sûr, se fait tirer dessus juste après que Nick et Luciana soient descendus. Je déteste ce genre de mécanique. On introduit un perso mais comme on sait pas quoi en foutre on le tue peu après.

    Et effectivement, le jeu de Kim Dickens, personnellement je ne le trouve pas « moins pire » qu’avant ^^ Sachant que c’est le personnage principal, il y a quand même un souci.

    Mais bon, j’admets qu’il y avait quand même des points positifs, certes (la mort inattendue de Travis, la scène entre Strand et Ilene qui était très belle), mais comme il y avait des points positifs dans la saison 2 aussi. Je ne trouve pas vraiment ces épisodes meilleurs que les précédents, j’y ai retrouvé typiquement tout ce que j’aime et tout ce que je n’aime pas dans cette série.

    1. Squeletor dit :

      Pour moi, le gros point positif de ce début de saison (et qui change de la présente) c’est qu’on ne se fait pas chier. Les incohérences sont toujours là, mais comme je m’emmerdais moins en regardant ces épisodes, elles m’ont moins frappé, même si elles ne m’ont pas échappé.

  8. HELL VICE dit :

    J’ai beaucoup aimé, j’ai trouvé l’ambiance incroyablement sombre et le désespoir est palpable. Bien sur, c’est une série télé, ça ne peut pas être parfait.

    J’ai toujours apprécié FTWD, et surtout le fait que la série démarre selon le statu quo de Rick Grimmes (après une bonne 15aines de tomes): « Le danger, ce n’est pas les morts, mais les vivants ».

  9. Nico dit :

    Salut à tous,

    Je dois aussi avoué avoir plutôt apprécié ce début de saison (même si l’épisode 2 est légèrement en dessous du 1 à mon goût). Cependant, à lire ta critique skeletor (qui est d’ailleurs très gentille pour des épisodes de fear, que t’est-il arrivé? ^^) ainsi que tous vos commentaires, j’ai l’impression d’être le seul à avoir vu mon plaisir gâché par des incohérences énormes, je m’explique:
    – Dans le premier épisode, lorsque la bande de gay lurons arrive à s’échapper et sort du bâtiment, grand ciel bleu, 2min plus tard, le ciel est tout gris et le sol est détrempé (c’est ça qu’on appelle une averse mexicaine fulgurante??)
    – Lors de l’arrivée des zombies dans le camp, il en arrive d’absolument partout, et surtout un nombre largement plus grand que ce que nous pouvions voir lorsque nick a tenté de sortir…
    – ajouté à cela certaines réactions des personnages encore assez incompréhensible, cela m’a à plusieurs reprises sortie de l’épisode!!!

    Tout cela est d’autant plus frustrant que comme vous l’avez tous dis, il y a quand même un énorme mieux, surtout au niveau du rythme (qui est à mon sens l’un des problèmes majeurs dans TWD et fear). Verdict au prochain épisode!!!

    1. Squeletor dit :

      Je me suis aussi fait la remarque pour les zombies, mais comme, pour une fois, j’ai trouvé que ça servait une cause noble (ne pas trainer 3000 ans avec une intrigue du vilain qui fait des expériences sur les survivants), ça ne m’a complètement sorti de l’épisode. Oui, j’ai soupiré, comme lorsque Madison se laisse entourer et tue les zombies sans essayer de sortir de la horde, ni de fuir, mais ça n’a pas gâché mon « plaisir » à voir cet épisode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.