Dead Island Riptide

Dead Island Riptide

Sorti en septembre 2011, le premier Dead Island avait enchanté bon nombre de joueurs par sa fraîcheur. En effet, le studio Techland avait réussi à l’époque à mélanger RPG et FPS de manière originale. Dans un cadre paradisiaque, nous découvrions des survivants prêts à tout pour s’échapper d’une île envahie par des infectés. Aujourd’hui, nous nous intéressons à sa suite intitulée Dead Island Riptide et, force est de constater, elle surfe sur les fondamentaux qui ont fait le succès du premier épisode.

Après la sélection des personnages au cours de laquelle on peut découvrir John Morgan, nouveau venu à l’histoire personnelle plus que caricaturale, nous retrouvons les survivants à l’endroit exact où nous les avions laissés lors du précédent opus. Désormais enfermé sur un navire militaire, notre personnage apprend très vite que le cauchemar n’est pas terminé : le bateau sombre alors que le virus s’y propage. Rapidement, nous nous retrouvons au milieu d’un vaisseau infesté de zombies et devons les combattre avec des armes de fortune. Quelques coups de clé anglaise plus loin, nous nous réveillons sur la plage de Palanai pour, comme dans le premier épisode, affronter du zombie sur une île tropicale. En effet, alors que Techland nous offrait un décor vraiment inédit lors du premier Dead Island, les développeurs ont décidé de nous resservir à peu près le même cadre sans vraiment innover.

Paysage de Dead Island Riptide

Côté nouveautés, rien de bien extraordinaire. Les développeurs ont bien compris ce qui avait plu dans le premier opus et ressortent donc la même chose. Ainsi le système d’évolution des personnages reste inchangé tout comme le sympathique système de l’atelier qui permet de créer ou améliorer nos armes, étape cruciale pour affronter seul ou à plusieurs le large bestiaire d’infectés de l’île. Quelques changements tout de même au niveau de l’île avec l’ajout de zones inondées, prétexte à nous faire piloter un nouveau type de véhicules : les bateaux. Un ajout intéressant mais qui n’apporte pas vraiment une grande nouveauté en terme de gameplay puisque les déplacements en bateau ou en 4X4 ne changent pas réellement la manière de jouer. Les joueurs aimant l’exploration seront par contre ravis, la carte est véritablement vaste avec ses plages, tunnels, marinas, villages et forêts et les nombreuses quêtes annexes ne cesseront de vous faire parcourir l’île en large et en travers.
La vraie nouveauté vient des passages en mode tower defense. Malheureusement bien que l’idée soit intéressante, les parties avec ce mode sont incroyablement longues et peu jouissives. En effet, on pose quelques pièges et on se retrouve vite à attendre de longues minutes avant que la horde soit complètement éliminée.

Bateau

Quant au scénario, nous nous retrouvons avec une histoire nanardesque dans laquelle figurent des personnages caricaturaux à souhait. Certains trouveront sûrement cette trame ridicule mais le studio de développement semble assumer cette direction artistique qui s’avère, tout compte fait, jouissive et fun. En effet, Dead Island Riptide n’est pas là pour nous faire réfléchir mais bien pour nous divertir ce qu’il parvient à faire sans souci.

Niveau gameplay, quelques problèmes se font sentir comme par exemple, certains sauts qui sont plus qu’approximatifs. De la même manière, en mode solo, on peut être gêné par l’obligation de devoir passer par le côté conducteur pour entrer dans un véhicule. La difficulté est aussi de mise : les zombies courent, explosent et sont véritablement coriaces. Les combats sont souvent longs, rudes et chaotiques si bien que les courageux y verront un challenge de taille tandis que les néophytes risqueront d’être vite dépassés par les évènements. On se retrouve ainsi parfois à taper dans le vide et à manquer notre cible tellement nous avons peur de nous faire agripper par les mains décomposées de nos assaillants.

Pour conclure, Dead Island Riptide ne dépaysera pas les joueurs du premier opus. Toutefois, malgré son manque d’originalité par rapport à son prédécesseur, le fun est toujours présent. Le jeu semble donc plus proche d’une version 1.5 que d’une véritable suite mais apporte tout de même le plaisir que l’on attend d’un FPS zombie.

Zombie

À propos de l'auteur

Geek un peu coincé dans les années 90, le Nitz a le pelage doux et aime hiberner devant des nanars. D'un caractère sympathique avec ses congénères, il est pourtant d'un naturel très râleur vis à vis des défauts scénaristiques et techniques dû à son passé dans le milieu de la vidéo et du spectacle. (Site web)

3 commentaires

  1. DeadMiaouuu dit :

    Je viens de commencer et on se retrouve dans la même ambiance.
    Un gros point négatif concernant les graphismes qui sont vraiment de pierre qualité

    1. irezumi dit :

      « …piètre… »

  2. Sam dit :

    « on peut être gêné par l’obligation de devoir passer par le côté conducteur pour entrer dans un véhicule »

    En même temps, cela est un peu plus réaliste, car c’est ce que nous devrions faire IRL 😉 Donc personnellement, je trouve que c’est plutôt un bon point.

    Concernant les graphismes… perso, j’adore déjà les jeux de type PS1, donc c’est très secondaire pour moi… On pourrait dire qu’à Minecraft, les graphismes sont pourris, pourtant le jeu est un succès… Débat habituel quoi… ;p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.