Critique du manga Yankee of the Dead Tome 1

Il y a peu, nous avons parlé d’une initiative assez rare pour qu’elle mérite d’être mentionnée sur MZC : l’auto-édition en version française d’un manga de zombies. C’est ainsi que nous vous avions présenté Yankee of the Dead, un manga de zombies de KSK Imamura. Désireux de soutenir ce projet, j’ai donc découvert l’intégralité du premier volume d’ores et déjà disponible pour 1€49 en version numérique.

Dans Yankee of the Dead, nous suivons Gachi, un bagarreur un peu timbré, alors qu’il vient d’être transféré au lycée privé de Romero, un lycée qui accueille les pires vauriens du Japon. Très rapidement, les choses tournent à la foire à l’empoigne entre les différents groupes alors qu’une épidémie zombie semble se préparer.

L’introduction, disponible gratuitement, m’avait plutôt plu avec ce héros déjanté et son ambiance rappelant parfois de grands noms des shonens comme Bleach, One Piece, One Punch Man ou GTO et la suite ne m’a pas déçu. Les différents personnages s’avèrent tous aussi tarés les uns que les autres et les situations particulièrement grotesques s’enchaînent. Ce n’est toutefois clairement pas le manga du siècle, mais l’ensemble se lit très bien. Alors, je n’ai pas boudé mon plaisir.

À la différence d’un Fortress of Apocalypse, qui se passe dans un pénitencier juvénile (donc avec en théorie le même style de personnages), la bonne idée de KSK Imamura est de dépeindre des personnages globalement si stupides qu’ils ne se rendent pas vraiment compte de ce qui se passe et ne font pas la différence entre humains et zombies. L’absurdité qui en ressort permet au mangaka de poser un humour agréable et une action sans prise de tête. Je me demande ainsi ce que nous réserve la suite qui promet un huis clos avec toujours plus de zombies.

Malheureusement, si l’histoire tient la route (le dessin reste une question très subjective), ce projet d’édition via internet et en version française est desservi par un manque de professionnalisme certain du côté des traductions et de leur intégration graphique. Si je suis bien incapable de juger de la qualité de la traduction (en terme de fidélité au texte d’origine), j’ai en revanche été gêné par la présence abondante de fautes d’orthographe et de syntaxe, rappelant des fansubs de médiocre qualité. Pareillement, l’intégration graphique des textes n’est pas au niveau de ce que nous pourrions attendre d’un produit commercialisé. Je ne jette pas la pierre à la personne, apparemment une amie du mangaka, qui s’en est chargée, mais le résultat n’est tout simplement pas à la hauteur d’autant que l’épisode 6, disponible depuis avant-hier, est vendu au prix de 2€99, un prix qui me semble particulièrement élevé pour un tel travail (un tome, soit 5 épisodes, serait alors vendu près de 15€, pour du numérique !).

En fin de compte, un manga de zombies assez déjanté qui vaut le coup d’œil, mais qui gagnerait très fortement à être retravaillé du côté des textes afin que les lecteurs français puissent profiter à 100% de la folie de l’histoire de KSK Imamura et en aient réellement pour leur argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.