Critique de Revival Tome 3, Si loin de chez nous

revival tome 3

Après une critique dithyrambique du second tome de Revival, c’est avec plaisir que nous avons accueilli le troisième volume intitulé Si loin de chez nous, disponible dès le 4 juin aux éditions Delcourt.

Une fois de plus, Tim Seeley nous embarque donc pour Wausau où les morts ont mystérieusement quitté leur tombe. Nous reprenons donc l’histoire là où Quarantaine nous avait laissés.
Dana continue à enquêter sur le meurtre de sa sœur Martha et commence à mettre à jour de sombres secrets alors que les habitants de la ville sont de plus en plus opposés à la présence des autorités gouvernementales. Pendant ce temps, Martha s’attache à une jeune morte-vivante qui remet en questions ses convictions alors qu’elle traque les étranges spectres blancs. Mais les créatures ne devraient pas être sa seule inquiétude, la journaliste May Tao étant sur le point de découvrir ses secrets.

revival si loin de chez nous

Ce qui est incroyable avec Revival est que l’intrigue a beau être complexe et reposer sur un grand nombre de personnages, Tim Seeley ne perd jamais son lecteur. Au contraire, comme toute œuvre magistrale, il fait de la complexité de son histoire l’origine d’une grande richesse. En effet, tout comme dans les précédents tomes, il gère avec un talent rare le rythme de son histoire, alternant toujours au bon moment les changements de personnages et distillant avec une parcimonie excitante les éléments de l’intrigue.
C’est donc avec un plaisir renouvelé que nous plongeons dans la vie quotidienne des différents héros alors que la situation est toujours loin d’être sous contrôle à Wausau. Que ce soit l’enquête de Dana, cette sœur obnubilée par l’ordre et qui cherche à tout prix à rattraper le temps perdu avec sa sœur, ou les aventures de Martha, elles sont captivantes et il devient difficile de lâcher la BD lorsque nous avons commencé à la lire.

revival si loin de chez nous

Jordan, la jeune fille morte-vivante à laquelle Martha s’attache, fait d’ailleurs partie des éléments essentiels de ce tome puisqu’en plus d’être à l’origine des passages les plus dérangeants de l’ouvrage, elle nous permet d’en apprendre un peu plus sur la nature des spectres blancs qui hantent la ville. Et, si l’histoire s’éloigne encore plus des œuvres zombies dont nous parlons habituellement, cela montre que les morts-vivants peuvent aussi être à l’origine d’histoires passionnantes.

De plus, le dessin de Mike Norton continue à soutenir l’histoire de Tim Seeley avec brio et nous propose même quelques mises en scènes vraiment bien senties notamment lorsque nous découvrons les événements au travers des dessins de Cooper, le fils de Dana.

Une fois de plus Tim Seeley s’avère donc un bâtisseur d’intrigues plein de talents et nous offre une bande-dessinée captivante. Nous continuons donc à vous recommander chaudement la série Revival. Vivement le tome 4 !

revival si loin de chez nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.