The Walking Dead 402 : Infected, ce que nous en avons pensé

The walking dead infected

Alors que l’épisode de la semaine dernière n’avait pas complètement rempli ses promesses, nous n’avions pas perdu tout espoir de voir Scott M Gimple, le nouveau showrunner, orienter la série vers quelque chose de plus intense. Et cette semaine, il nous prouve avec Infected qu’il est tout à fait capable de nous offrir la série que l’on désire tant depuis la première saison. Tout de suite, notre avis sur ce second épisode. Attention aux spoilers.

Lors du dernier épisode, nous avions laissé les survivants alors qu’un des leurs venait de décéder à l’intérieur de la prison. Ce second épisode reprend exactement après la mort de ce personnage et nous plonge directement dans une ambiance horrifique plutôt réussie. En effet, alors que le cliffhanger du premier épisode de cette nouvelle saison était plein de promesses, on est heureux de voir que, pour une fois, elles sont remplies. Non seulement, Scott M Gimple nous prouve qu’il est finalement un bon cuisinier mais qu’il est aussi capable de surpasser les attentes des téléspectateurs.

The walking dead infected

Ainsi, malgré une séquence d’amorce un peu molle, où Coleman (Tyreese) nous force à l’écouter chanter, on entre vite dans le vif du sujet. S’il est vrai que certaines pirouettes scénaristiques restent un peu trop évidentes, comme le fait que la première victime ne crie pas (ce qui aurait réveillé les autres) ou que le premier zombie n’attaque sa deuxième proie qu’une fois la nuit terminée, l’invasion de la prison depuis l’intérieur est vraiment bien amenée entre une atmosphère lourde et horrifique la nuit et une bonne mise en scène de la panique lors de l’attaque principale de jour. Ainsi, alors que je craignais que celle-ci ne se résume à un massacre inutile, le scénario permet de construire autour de plusieurs personnages comme les deux filles d’une des victimes mais également d’offrir au spectateur une quantité de gore rarement vue dans une série. A ce titre, outre l’élimination des zombies à travers le grillage qui reste toujours aussi mal faite, les effets sont vraiment réussis et se justifient (pas comme dans le premier épisode).

The walking dead infected

D’autre part, l’idée d’ajouter à cette invasion de zombies depuis l’intérieur, une menace venant de l’extérieur avec des hordes prêtes à faire tomber les grillages de la prison, est vraiment excellente. On se retrouve ainsi avec une intrigue à trois niveaux alors que l’intégrité de la prison n’est plus assurée que ce soit depuis l’intérieur ou l’extérieur et que le doute plane entre les survivants : qui est contaminé par le virus mortel à l’origine de l’invasion ? qui est si pressé de se débarrasser des personnes potentiellement contaminées ? On pourrait certes critiquer le fait que les survivants comprennent si rapidement d’où venait cette invasion, mais cela nous évite clairement de les voir tortiller du cul autour du problème pendant dix épisodes. Pour le coup, leur donner les clés de cette épidémie, permet de les projeter dans une intrigue bien plus intéressante et de manière vraiment dynamique.

The walking dead infected

Du côté des personnages, avec un focus plus important sur eux et un montage moins épileptique, cet épisode permet également d’apporter pas mal de choses notamment du côté des enfants. Carl s’avère être un des personnages les plus intéressants et je continue à penser que la suite de cette saison lui réserve une place très importante. De la même manière, Beth et les deux orphelines se montrent également plutôt attachantes dans leurs réactions. A ma grande surprise, cet épisode a également fait remonter Rick dans mon estime. En le plaçant de nouveau au devant de la scène, on le découvre tel qu’on aurait voulu le connaître depuis un moment : le shérif est dans la place. Malheureusement, alors que son plan pour éloigner les zombies du grillage était des plus judicieux puisqu’il permettait en même temps de se débarrasser des cochons (une potentielle source de l’épidémie), on ne peut que s’interroger sur sa survie dans les épisodes à venir suite à un contact si prolongé avec les cochons (et leur sang). Du côté des autres personnages, le final fantastique de cet épisode, augure l’entrée en scène prochaine de Tyreese alors que Carol, la super badass qui cueille des fleurs avec un couteau, risque d’avoir à faire avec le conseil (Daryl sera-t-il là pour la soutenir ?).

En fin de compte, cet épisode est maîtrisé d’un bout à l’autre et s’avère certainement l’un des meilleurs de la série jusque là. On espère vraiment que cette quatrième saison continuera dans cette direction et que le prochain épisode parviendra à construire aussi efficacement sur le final auquel nous venons d’assister. AMC, tu viens de me rendre impatient pour la première fois.

Ce qui nous attend la semaine prochaine :

13 commentaires

  1. icare dit :

    Non Carl n’est pas un personnage intéressant. C’est un sale petit mouchard qui a une très haute opinion de lui même et à qui on rêve de mettre une baffe.
    Sinon j’ai envie demander aux scénaristes : pourquoi sont-ils si méchants ? Qui peut être suffisamment vicieux pour – ATTENTION SPOILER – mettre des appâts devant la clôture ? A moins de s’appeler le gouverneur je ne comprends pas la logique qu’il y aurait de s’acharner à vouloir détruire les derniers havres d’humanité dans le monde.

    1. Squeletor dit :

      C’est bien pour ça que Carl est intéressant. Il veut devenir indépendant, assumer comme son père, mais a encore du mal à le faire… c’est dans cette ambiguïté qu’il est intéressant.

      Pour ce qui est d’être méchant, on le saura très vite. Y’a-t-il un émissaire du Gouverneur dans la prison ? Quelqu’un de dérangé ? On ne sait pas encore. Et pour une fois j’ai envie de savoir.

      1. icare dit :

        Je vous accorde le bénéfice du doute pour Carl 🙂
        Je suis en train de revoir la série Battlestar Gallactica (qui pour moi se bonifie à chaque nouvelle lecture) où on se retrouve dans un cas de figure similaire – la survie de l’humanité face à un danger omniprésent -.et où dans tous les tentatives de mise à mal de la cohérence de l’ensemble jamais les scénaristes n’avaient osé envisager l’hypothèse d’un saboteur isolé. Des mutineries, des conflits politiques, des changements de régimes oui, mais un sabordage qui aurait pour conséquence la destruction du tout y compris donc de l’auteur du sabordage non. C’est tout simplement incompatible à toute psychologie. Sauf si on a affaire à un sociopathe psychopathe bien sûr.

        1. Squeletor dit :

          Ou à un enfant en détresse, une personne avec une sortie de secours, ou comme tu dis, un sociopathe mais je ne crois pas que le Gouverneur ait mis une perruque et se ballade dans la prison 🙂

    2. Comtesse_Tateyre dit :

      Je rejoins totalement ton avis sur Carl. Alors certes comme l’a dit Squeletor il veut devenir indépendant et assumer, et c’est une bonne chose -en temps d’apocalypse on n’a pas le temps de s’occuper des pleureuses- mais ce n’est pour l’instant qu’un sale gamin d’une 12aine (14aine peut-être) d’années qui est incapable de prendre une décision juste issue d’une réflexion poussée, il ne pense qu’avec sa crise d’adolescent testostéroné. Il agit encore comme le gamin capricieux qui ne réalise pas que chaque décision capricieuse peut entraîner la mort de quelqu’un (RIP Shane, même si je ne t’aimais pas). Il fait le lèche-cul auprès de papa en espérant que ça lui donnera du galon parce-que son cher père est teeeeellement au-dessus du stade loque humaine (psychologiquement parlant, je trouve que Rick est en-dessous de tout, il serait peut-être temps de le destituer de son trône, il a quelques bonnes idées, mais en terme de leadership il est à chier, on a sans cesse l’impression que la moindre question demandant un peu de réflexion va lui causer la migraine du siècle et le mettre à terre).

      1. icare dit :

        SPOILER
        Oui quel génie ce Rick… 10 minutes pour comprendre l’intérêt d’une diversion hors de l’enceinte c’est déjà impressionnant. Mais se contenter de faire du bruit c’est trop à la portée du premier quidam. Non, Rick lui il veut faire une pierre deux coups en se débarrassant en même temps des bêtes contaminées (enfin il en est persuadé et malheur à qui contestera son diagnostic). Et puis pourquoi renoncer au plaisir de sortir son gros couteau – et d’affirmer son leadership par la même occasion – au risque de s’asperger du sang contaminé de la bête… Enfin, au royaume des aveugles…. Puisque les autres ne proposent rien.

  2. Edoo dit :

    FRANCHEMENT IMPECCABLE LES 2 ÉPISODES.

  3. elbrisco dit :

    J’avoue j’ai bien aimé ces épisodes…le deuxième est clairement le meilleur que j’ai vu jusqu’ici toute saison confondue,que ce soit au niveau de la tension et du gore.Après on peut toujours reprocher quelques incongruités:Les réactions toujours aussi étranges de la famille Grimes…Herschell le véto qui ne sert à rien…ou encore que personne ne pense à attirer les zombies ailleurs que devant le grillage avec du bruit ou que sais-je encore.
    Quelqu’un sait combien il y aura d’épisodes cette fois?

    1. Squeletor dit :

      Il y aura 16 épisodes divisés en deux blocs de 8 épisodes, comme la saison dernière.

  4. Willy dit :

    Miracle !
    Voilà ce que j’ai pensé de ce début de saison (j’avais même pas fini la précédente à sa sortie parce que je ne supportais plus la série), qui n’est certes pas grandiose, mais qui a le mérite de me tenir éveillé tout un épisode. Encore quelques gaffes (le zombie qui ne réagit pas au bruit du réveil, mais aux toussotements d’un lambda, wut?) et quelques facilités, mais globalement, les personnages s’étoffent un peu (Michonne fait plus la gueule?), d’autres s’affirment, et l’histoire prend enfin un peu de profondeur (cette histoire de maladie me plait vach’ment). Le nouveau showrunner fait, pour le coup, du bon boulot. C’est pas du Breaking Bad, mais c’est sympa.
    Pour ce qui est des rats, c’est la gamine qui renomme les zombies qui s’amuse aussi à les nourrir. Faut pas chercher plus loin.
    Pour ce qui est de Carl, oui, avant c’était un petit con qui avait rien dans le crâne, mais ca s’améliore. Au lieu de vouloir jouer les gros durs, il parle de son cas de conscience à son père (c’est pas du léchage de culs, c’est son père, merde ! Normal qu’il lui en parle), même si à leur place, j’aurais bien évidemment expliqué aux gamins comment buter un zombie dès le début, sans le cacher. On est pas chez Disney, les gosses. Vous pouvez vous faire bouffer.
    Je résume donc par : « Hey, mais c’est que ca s’améliore ! » sans pour autant que ca me fasse oublier les désastreuses saisons passées. Et la tendance qu’a la série à faire les montagnes russes en terme de qualité.

    1. Zak dit :

      Hé Willy, le réveil ne sonnait pas dans le même bloc de la prison.
      Quant à qui donne à bouffer aux walkers, je doute qu’il s’agisse des deux gamines qui sortent en pleine nuit. Le Black ancien alcoolique semble bien louche, m’intrigue.
      Mais chouette épisode. Ca me bloque d’imaginer que des membres des « sages » aient décidé de cramer les deux mis en quarantaine.

  5. Karl dit :

    wé…3 saisons pour en arriver là, ça laisse pantois.
    Effectivement on commence (enfin!!!!) à visionner des épisodes avec du « climax », de l’ambiance.
    Malgres des incohérences et inepties inhérentes à la série TV (il faut bien plaire autant au geek zombiesque qu’à la ménagère de – de 50 ans) on commence (putain, quel gachi de fric et de talents) à effleurer le vif du sujet.
    Je réserve fortement mon « enthousiasme » (sic!!!) quand à la suite…déjà fait avoir plusieurs fois.
    Une série à suivre sans grands espoirs, à mon grand désespoir…

  6. lebrestois29 dit :

    Du meilleur, plus de profondeur mais quelques fausses notes assez gênantes.
    Les personnages font preuve d’une certaine naîveté, la menace extérieure qui les « surprend » est quand même bien visible et cela fait plusieurs heures qu’un groupement important de z fait pencher l’enceinte sous leur nez avant qu’ils décident de réagir (bêtement d’ailleurs). Il se font surprendre par la seule partie de la prison qu’ils sont censé surveiller en permanence. Bon et la solution que Rick trouve au problème est surprenant. Cramer tout les porcs pour faire diversion alors qu’il attire les z rien que par sa présence, pour le coup c’était un sacrifice un poil inutilite.
    Mais bon,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.