Que sont devenus DayZ et The War Z ?

dayZ

Il y a quelques années encore, il ne passait pas une semaine sans que nous ne parlions de DayZ ou de The War Z, les deux prétendants au titre de THE jeu de zombies multijoueur en monde ouvert. Alors que, depuis, les deux jeux ont enchainé les déboires, que des concurrents comme H1Z1 ont clairement su tirer leur épingle du jeu, nous nous sommes récemment posés la question : mais que sont devenus DayZ et The War Z ? Car, oui, nous avions lâché l’affaire.

Avant toute chose, pour ceux qui arriveraient en route. Faisons un petit saut en arrière.

dayzBasé sur Arma II de Bohemia Interactive, dont il n’est rien d’autre qu’un mod, DayZ a fait sa première apparition en 2012. Très rapidement, Dean Hall (allias Rocket), le développeur du mod, décide de lancer la création d’un jeu standalone qui sort en accès sur anticipé sur Steam en décembre 2013. Gros succès, la version alpha du standalone est vendue à plus d’un million d’exemplaires en quelques semaines (2 millions en 4 mois), et ce malgré les nombreuses critiques déjà rencontrées. Malheureusement (ou non), en 2014, Dean Hall abandonne le navire, laissant le projet aux mains de Bohemia Interactive. Mais qu’est-ce qui a changé depuis ? Pas grand-chose.

Aujourd’hui, alors que Dean Hall a fondé son propre studio et travaille sur le jeu Stationeers, le standalone de DayZ en est globalement toujours au même stade, avec des mises à jour certes assez régulières (la dernière, la version 0.62, a notamment vu la quasi intégralité des textures et sons d’ambiance modifiés), mais une bêta qui semble toujours aussi loin. Néanmoins, la sortie de la bêta pourrait bien avoir lieu dès 2017, puisque les développeurs ont récemment annoncé que la version 0.63 marquerait l’entrée en version bêta du jeu (version qui avait déjà été annoncée pour fin 2015, c’est dire). Reste que la sortie de la bêta ne signera toujours pas la sortie définitive du jeu… Celui-ci risque donc de rester un bon moment encore au stade d’accès anticipé, alors même que des jeux de survie comme PlayerUnknown’s Battlegrounds attirent aujourd’hui toute l’attention. Bref, les choses n’ont pas vraiment changé.

Pourtant, l’aventure de DayZ prête à sourire lorsque l’on s’intéresse à celle de The War Z. Attention, pour ceux au fond de la classe, il va falloir s’accrocher pour cette leçon de rattrapage.

Après un lancement en version alpha en octobre 2012, The War Z, développé par OP Productions, fait son apparition sur Steam en décembre 2012 (soit un an avant la sortie de l’alpha de DayZ) avant tout simplement d’être retiré de la plateforme de Valve pour publicité mensongère.
Le jeu y réapparait néanmoins en février 2013, suscitant rapidement l’indignation parmi les joueurs, le jeu étant la victime d’un nombre incroyable de hackers (qui parviendront même à dérober des infos sur les joueurs en avril). Multipliant les promesses et malgré les critiques, le jeu poursuit néanmoins son développement jusqu’à la mise en place d’un anticheat en juin. Le même mois, The War Z connaît une première grosse évolution : son changement de nom pour Infestation: Survivor Stories (ISS). Coup marketing pour essayer de faire oublier la mauvaise réputation du jeu, ou bien résultat des pressions exercées sur l’équipe pour un nom trop ressemblant à World War Z, ce changement de nom ne change toutefois pas la donne. En effet, malgré un développement qui se poursuit bon an, mal an, en 2013 puis 2014, et même la sortie d’une websérie, 2015 marque une nouvelle étape néfaste pour le jeu avec le départ de certains développeurs qui lancent en septembre 2015 l’alpha de Romero’s Aftermath (nommé ainsi grâce au soutien du fils de Romero) qui se présente comme “le descendant spirituel” d’Infestation. De son côté, OP Productions tente bien d’amorcer la « Resurrection » d’Infestation, sans grand succès. Enfin, en novembre 2016, les deux projets succombent avec l’annonce de l’arrêt des serveurs d’Aftermath et d’ISS. Du coup, en 2017, quel héritage a laissé The War Z ?

Eh bien, en réalité, The War Z n’est pas encore mort puisque, sitôt ISS et Aftermath liquidés, le jeu est réapparu sur Steam sous le nom d’Infestation: The New Z, développé par Fredaikis AB mais toujours distribué par OP Productions. Proposé cette fois-ci en free-to-play et donc disponible gratuitement sur Steam (depuis novembre 2016), celui-ci reçoit un accueil mitigé avec toujours les mêmes problèmes mis en avant, mais une communauté toujours aussi forte de joueurs fidèles. Depuis sa sortie, le jeu bénéficie toutefois de mises à jour régulières. Pour y jouer, rendez-vous sur le site officiel.

Mais ce n’est pas tout puisque Aftermath dispose également aujourd’hui d’une nouvelle version nommée « Artemis Aftermath« , une version portée par Artemis Knives, un des développeurs du jeu qui a décidé de poursuivre le développement avec certains de ses amis, tel qu’il l’a annoncé en avril dernier. Néanmoins, cette version étant basée sur de nouveaux serveurs, les joueurs de Romero’s Aftermath devront recommencer à 0. Pour y jouer, téléchargez le jeu ici. Là aussi, le jeu est, semble-t-il, mis à jour très régulièrement.

Bref, nous voilà donc avec un DayZ, qui continue encore aujourd’hui à nous faire attendre, et un The War Z qui a, depuis, explosé en de multiples projets parmi lesquels il n’est pas toujours facile de se retrouver.

De votre côté, jouez-vous encore à l’alpha de DayZ, avez-vous essayé Infestation: The New Z ou Artemis Aftermath ou avez-vous, comme nous, laissé tomber l’affaire ?

1 commentaire

  1. Ultra dit :

    Bientôt également une nouvelle version de H1Z1 avec nouvelle map, nouvelles constructions, nouveau système de loot, ca va débarquer sur les serveurs de test en juin puis sur les serveurs live en juillet, à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.